DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

A Bangkok, la percée des femmes dans les motos taxis

Vous lisez :

A Bangkok, la percée des femmes dans les motos taxis

A Bangkok, la percée des femmes dans les motos taxis
Taille du texte Aa Aa

A l'heure de pointe, Bangkok, la capitale thaïlandaise, s'immobilise. Ou presque. On les repère se faufilant dans les embouteillages avec leur veste orange. Les motos taxis accueillent de plus en plus de femmes dans leurs rangs. Sur les 130 000 que compterait la ville, elles seraient maintenant près d'un tiers. "Il y a des accidents dans la rue donc c'est un travail risqué. Je ne suis pas une gentille fille, prévient Ar Satranon. Je suis une fille dure qui aime faire de la moto. C'est pour ça que je fais ce métier."

Certaines ont choisi de quitter leur usine et gagnent maintenant près de deux fois plus, environ 20 euros par jour. Pour cette corporation tenue par une mafia - de l'aveu même de leur syndicat - le choix des femmes est aussi une opération communication. "L'apparence physique de certains hommes peut effrayer les passagers. Mais lorsque les femmes travaillent dans ce métier, notre image a l'air plus douce, pas aussi dure qu'avant. L'image est meilleure" explique Chaolem Changtongmadun, président du syndicat des motos taxis.

Joindre une borne de motos taxis reste toutefois difficile dans cette mégapole de plus de 10 millions d'habitants.