DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Saoudien Khashoggi étranglé puis démembré, selon la justice turque

Vous lisez :

Le Saoudien Khashoggi étranglé puis démembré, selon la justice turque

Le Saoudien Khashoggi étranglé puis démembré, selon la justice turque
Taille du texte Aa Aa

La justice turque fait des révélations retentissantes dans l'affaire Khashoggi. Le procureur d'Istanbul, Irfan Fidan, affirme que le journaliste saoudien a été tué par "strangulation" dès son arrivée au consulat de son pays à Istanbul, où il se rendait le 2 octobre dernier simplement pour effectuer des démarches administratives. Toujours selon le procureur, le corps de Jamal Khashoggi aurait ensuite été démembré. Le parquet turc insiste aussi sur le fait que le meurtre était bien prémédité.

Tant de questions sans réponses

Khashoggi est un éditorialiste réputé qui travaillait notamment pour la presse étrangère, par exemple pour le journal américain Washington Post. Il a eu le malheur de dénoncer régulièrement les dérives autoritaires du régime saoudien dont le prince héritier Mohammed ben Salmane (en photo ci-dessous) a désormais pris les rênes. Après avoir nié tout en bloc, Riyad a fini par reconnaître le meurtre, mais à cause d'une très forte pression de la communauté internationale.

La Turquie estime que l'Arabie Saoudite ne fait guère d'efforts pour collaborer à l'enquête, essayant même de se dédouaner en évoquant une opération de représailles "non autorisée" contre le journaliste. Que faut-il comprendre par ce "non autorisée" ? Qui sont les commanditaires du crime et quelle est l'identité d'un complice présumé sur place à Istanbul ? Que sont devenus les restes de la dépouille de Jamal Khashoggi ? Autant de questions auxquelles le pouvoir saoudien n'a toujours pas répondu.

L'extradition de 18 suspects de nouveau réclamée

Les médias turcs ont mené leurs propres enquêtes et révélé que c'était un commando de 18 agents présumés des services de sécurité saoudiens qui avait opéré à l'intérieur du consulat. A la demande de la justice turque, ces hommes ont tous été arrêtés à leur retour à Riyad, mais la requête d'Ankara pour qu'ils soient extradés reste lettre morte.

Vue sur la scène de crime, le consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul :

Le procureur général saoudien Saoud ben Abdallah Al-Muajab a quitté la Turquie ce mercredi après y avoir passé trois jours et s'y être entretenu plusieurs fois avec son homologue d'Istanbul. En sortira-t-il quelque chose ? Rien n'est moins sûr...