Khashoggi : pour le président turc "les responsables saoudiens paieront"

Khashoggi : pour le président turc "les responsables saoudiens paieront"
Tous droits réservés
REUTERS/Faisal Al Nasser
Taille du texte Aa Aa

Pour le président turc, les responsables saoudiens de la mort du journaliste Jamal Khashoggi vont "en payer le prix".

"Dans leur rapport, les Nations unies disent que les Saoudiens sont définitivement coupables et qu'ils étaient au courant de cette affaire. L'ONU dit aussi que le point de vue des Saoudiens sur la Turquie était erroné. Maintenant, ils en paieront le prix. Ils seront tenus responsables", a déclaré Recep Tayyip Erdogan mercredi après qu'une rapporteuse spéciale des Nations Unies a conclu à la responsabilité de l’Arabie saoudite, en tant qu’Etat, dans l’assassinat du journaliste saoudien.

La rapporteure spéciale des Nations unies, Agnès Callamard, qui a enquêté pendant six mois, tient l'Arabie saoudite pour "responsable" de l'"exécution extrajudiciaire" du journaliste et critique du pouvoir saoudien, mort brutalement en octobre à l'intérieur du consulat de son pays à Istanbul.

Dans son rapport final transmis mercredi aux médias, elle affirme avoir des "éléments de preuves crédibles, justifiant une enquête supplémentaire sur la responsabilité individuelle de hauts responsables saoudiens, y compris celle du prince héritier" Mohammed ben Salmane, surnommé MBS.

Ryad, par la voix du numéro deux de la diplomatie saoudienne, a affirmé que ce rapport de Mme Callamard, qui comme tous les autres experts indépendants de l'ONU ne s'exprime pas au nom des Nations unies, est "sans fondement".

L'Arabie saoudite devrait faire davantage pour que les responsables du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi rendent des comptes, a déclaré mercredi un émissaire américain, tout en s'abstenant de pointer du doigt le prince héritier saoudien après qu'une enquête de l'ONU l'a lié à l'assassinat.