DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les combats de New-York

Vous lisez :

Les combats de New-York

Les combats de New-York
Taille du texte Aa Aa

New-York sous les bombes ! C'est en fait l'histoire d'un village ukrainien fondé par des Allemands au XIXe siècle dans l'est du pays. Etaient-ils fascinés par la ville américaine? Toujours est-il qu'ils ont souhaité la baptiser de la sorte. Novhorodske, de son nom actuel, est désormais située sur la ligne de front entre les forces gouvernementales et les séparatistes pro-russes. Malgré la guerre les habitants ne veulent pas abandonner les lieux.

Oksana

Grâce à des subventions du programme de développement des Nations Unies, Oksana a pu ouvrir une boulangerie. Le pain, les viennoiseries et les pizzas apportent une forme de normalité au quotidien du village. "J'aurais ouvert de toute façon cet établissement plus tard mais nous avons eu une opportunité (…) nous avons vu que la guerre se poursuivait mais que la vie continuait", explique la jeune femme.

Vivre et survivre

Le village a perdu six habitants à cause des frappes. Pour les jeunes, la peur et l'espoir sont des sentiments entremêlés. Kyrylo a choisi le rap pour exprimer son ressenti. Il n'a que 17 ans mais les affres de la guerre l'ont déjà marqué.

Kyrylo

Pour lui la musique est une nécessité pour supporter la réalité. "Les chansons c'est comme respirer de l'air frais, après je me sens beaucoup mieux, Quand je me sens dépassé par la routine, par les études ou par les bombardements fréquents, je n'ai littéralement personne à qui parler. Alors j'écris simplement mes pensées", précise le jeune homme.

Le quotidien sur la ligne de front est particulièrement difficile. Les emplois sont parfois de l'autre côté du champ de bataille. Les terres autrefois fertiles sont désormais truffées de mines et les violations du cessez-le-feu sont fréquentes. Dans cette région l'insécurité a détruit les industries, a entrainé le chômage et a endommagé les infrastructures. Tous ces facteurs ajoutent des difficultés supplémentaires au système de protection social ukrainien déjà profondément éprouvé.

Un système de santé dépassé

A quelques kilomètres de Novhorodske, le centre hospitalier de Myrnohrad, présente son nouvel appareil à rayons X, acheté avec l'aide de bailleurs internationaux. Désormais l'unité de chirurgicale peut traiter 11 000 patients par an. A travers ce genre de projet l'Union européenne veut maintenir des liens forts avec l'Ukraine.

Le responsable de la BEI Jean-Erik de Zagon

Ces initiatives sont essentielles selon Jean-Erik de Zagon. Pour ce responsable de la Banque européenne d’investissements (BEI) "si vous améliorez la vie des gens cela va renforcer la démocratie dans ce pays. Si vous avez un meilleur enseignement, de meilleures écoles, un meilleur système de santé vous avez des personnes qui avancent et qui soutiennent la démocratie". L’hôpital de Myrnohrad est le seul dans l'ensemble de la région de Donetsk en mesure de fournir des soins spécialisés. Le système de santé ukrainien connaissait des difficultés avant les combats mais depuis la situation a empiré. Or les personnes déplacées ont besoin d'une assistance particulière. Ils sont près d’un million et demi à avoir quitté leur maison pour fuir les combats dans l'Est de l'Ukraine ou pour échapper à l'annexion de la Crimée par la Russie.

Le responsable de l'ONU Viktor Muntenau

Pour l'ONU, l'un des défis majeurs est maintenant de reconstruire la cohésion sociale, insiste Viktor Muntenau, manager du programme pour la paix et la reconstruction. Il faut rapprocher l’Etat et les citoyens "leur faire sentir qu'ils participent à un grand projet commun celui de reconstruire ce qui a été détruit", explique-t-il.

Quel avenir politique?

Le sort de l'Est de l'Ukraine est important pour déterminer l'avenir du pays, en particulier à la lumière des réformes menées après la révolution du Maïdan en 2014. Mais la capitale Kiev est loin des combats. L'opposition pro-russe dénonce l'attitude dédaigneuse du gouvernement à l'égard de la région. L'Union européenne suit de très près les évolutions sur le terrain dans la perspective de la prochaine élection présidentielle. Personne ne veut d'une nouvelle révolution. Mais beaucoup craignent que la progression des populistes et des forces pro-russes apportent encore plus d'incertitude