PUBLICITÉ

Centième anniversaire de la signature de l'armistice de 1918

Centième anniversaire de la signature de l'armistice de 1918
Tous droits réservés REUTERS/Christian Hartmann
Tous droits réservés REUTERS/Christian Hartmann
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le 11 novembre 1918, les Allemands acceptèrent de reconnaître leur défaite en signant l'armistice avec les Alliés dans un wagon situé en forêt de Compiègne, au nord de Paris. Le cessez-le-feu et la fin de la Grande Guerre furent déclaré quelques heures plus tard.

PUBLICITÉ

C'était il y a 100 ans, le 11 novembre 1918. Ce jour-là, à onze heures du matin, les cloches retentirent dans toutes les villes et villages de France. Sur le front, les coup de clairons indiquèrent le cessez-le-feu.

La Grande Guerre prit ainsi fin après quatre années de combats atroces qui firent près de dix millions de morts.

L'Armistice par lequel les Allemands reconnurent leur défaite fut signé plus tôt dans la matinée, à cinq heures du matin dans un wagon stationné dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne, au nord de Paris.

A Paris, des centaines de passants acclamèrent le même jour le chef du gouvernement français Georges Clemenceau. En Allemagne dont le sol était pourtant resté inviolé durant tout le conflit, le soulagement s'accompagna pour beaucoup d'un sentiment d’humiliation.

Ce sentiment s'accrut sept mois plus tard avec la signature du traité de paix de Versailles. Les termes furent si durs que les Allemands le considérèrent comme un véritable "diktat".

Pour de nombreux historiens, ce sentiment d'humiliation nourrira la montée du nazisme qui conduira à la Seconde Guerre mondiale.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Centenaire 14-18 : à la découverte du monument aux morts pacifiste de Dardilly

Centenaire 14-18 : les tranchées, "une vie impossible à vivre"

L'Allemagne se prépare à transférer jusqu'à 5 000 soldats en Lituanie en 2027