DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ghazi, enfant famélique du Yémen, 10 ans, 8 kilos

Ghazi, enfant famélique du Yémen, 10 ans, 8 kilos
Taille du texte Aa Aa

Il est tellement difficile, à chaque fois qu'une grave famine frappe un pays dans le monde, de montrer des images de victimes, en particulier d'enfants, dans le but d'alerter l'opinion publique... tout en préservant la dignité humaine. Ce cas de conscience se pose maintenant pour le Yémen, l'ONU le martèle, plus de 14 millions de gens risquent d'être affectés par la famine. La moitié d'entre eux, précise l'Unicef, sont des enfants.

10 ans, 8 kilos

Le petit Ghazi Saleh, lui, fait partie des enfants d'ores et déjà en grand danger. Comparer son âge avec son poids en dit long : Ghazi a 10 ans mais il ne pèse que 8 kilos. Il y a de l'espoir cependant - ses parents veulent y croire - car le jeune Yéménite est entre de bonnes mains, hospitalisé dans un service spécialisé de l'établissement Al-Moudhafar à Taëz, une ville située dans le sud-ouest du pays. Sur son lit, l'enfant bouge à peine, même pas de pleurs ! Il est trop faible, il a du mal à respirer et même à garder les yeux ouverts.

Terrible paradoxe. Ghazi, comme ses autres petits compagnons de souffrance, mange à peine ou pas du tout depuis un moment. Pourquoi ? Parce qu'il n'arrive plus à avaler. Alors, les infirmières de l'hôpital de Taëz doivent nourrir les enfants squelettiques grâce à des intraveineuses. Ils sont pesés très souvent. Les médecins savent que parfois, la partie est perdue d'avance, quand les petits arrivent, leur état est déjà très critique.

Déjà 85 000 enfants décédés

Le constat fait par l'ONG Save The Children cette semaine est désespérant : environ 85 000 enfants seraient morts de faim ou de maladie entre le printemps 2015 et le mois d'octobre dernier. Sans compter ceux qui ont été tués dans les violents combats qui n'en finissent pas au Yémen, pays déjà très pauvre de la péninsule Arabique. Sur 22 millions d'habitants, plus des trois quarts désormais ont besoin de l'aide humanitaire pour survivre.