Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Donald Trump annule sa rencontre avec Vladimir Poutine

Manifestation contre la réforme de la Cour suprême en Pologne (27/7)
Manifestation contre la réforme de la Cour suprême en Pologne (27/7) -
Tous droits réservés
REUTERS/Kacper Pempel/File Photo
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le président américain Donald Trump a finalement annulé sa rencontre avec son homologue russe Vladimir Poutine en marge du sommet du G20, qui s'ouvre vendredi à Buenos Aires, environ une heure après avoir estimé que leur entrevue se déroulerait à un "moment très opportun", sur fond d'escalade avec l'Ukraine.

"En partant du fait que les navires et les marins n'ont pas été retournés par la Russie à l'Ukraine, j'ai décidé qu'il serait mieux pour toutes les parties concernées d'annuler ma rencontre préalablement prévue en Argentine avec le président Vladimir Poutine", a tweeté M. Trump, peu après avoir décollé en hélicoptère de la Maison Blanche pour embarquer à bord d'Air Force One à destination de l'Argentine. "J'ai hâte (de participer) de nouveau à un Sommet constructif (avec M. Poutine) dès que la situation sera résolue!".

"C'est comme ça que les grands leaders agissent!", s'est réjoui le président ukrainien Petro Porochenko en répercutant sur Twitter le message de Donald Trump.

Le Kremlin a réagi avec froideur. Un porte-parole a noté que Moscou n'avait pas été informé officiellement et ajouté que Vladimir Poutine "aurait quelques heures de plus à consacrer à des réunions utiles en marge du sommet" si ce tête-à-tête tombait à l'eau.

Les deux hommes se sont rencontrés à quatre reprises depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, mais une seule fois lors d'un sommet, à Helsinki en juillet.

La Russie est accusée d'ingérence massive dans la présidentielle américaine de 2016, un scandale aux multiples ramifications qui a connu jeudi un nouveau rebondissement, défavorable à Donald Trump.

Son ancien avocat Michael Cohen a avoué avoir menti à propos d'un projet immobilier en Russie impliquant le conglomérat de Donald Trump. Et s'est vu illico qualifier de "personne très faible" par le président américain.

Un sommet sous haute sécurité

Les chefs d'Etat et de gouvernement des vingt premières puissances économiques mondiales se réunissent vendredi et samedi dans une capitale argentine sous haute surveillance, alors que des manifestations sont prévues hors de la zone ultra-sécurisée.

Avant même son arrivée en Argentine, le président américain a donc imposé son rythme à cette réunion, qui sera scandée par ses tête à tête avec d'autres dirigeants. Pour la plupart, a tempéré la porte-parole de l'exécutif Sarah Sanders, il s'agira d'apartés et non de bilatérales formelles.

Pas question d'aparté entre deux portes toutefois avec le président chinois Xi Jinping, mais Donald Trump a prévu un dîner de travail. Objectif de cette rencontre très attendue : tenter d'enrayer l'escalade de représailles douanières entre les deux pays, qui menace la croissance mondiale.