EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

"Gilets jaunes" : des accrochages à Paris

"Gilets jaunes" : des accrochages à Paris
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le troisième samedi de mobilisation des "gilets jaunes", décidés à maintenir la pression sur le gouvernement, a donné lieu ce matin à Paris à de nouvelles échauffourées avec les forces de l'ordre près de l'Arc de Triomphe nimbé de gaz lacrymogène.

PUBLICITÉ

L'Arc de triomphe à Paris sous les gaz lacrymogènes.

Des incidents ont éclatés samedi matin sur les Champs-Élysées en marge de ce troisième weekend de mobilisation nationale des gilets jaunes qui dénonce l'érosion de leur pouvoir d'achat.

Des manifestants ont tenté de forcer un point de contrôle avant d'être dispersés par les forces de l'ordre. Le ministère de l'Intérieur parle de 1500 perturbateurs venus pour en découdre avec la police. Une quarantaine de personnes ont déjà été interpellées.

L'avenue est fermée à la circulation, l'accès des piétons réglementé pour éviter la répétition des violences qui ont émaillé la manifestation de samedi dernier, mais des barricades commencent à être installées.

Les autorités françaises guettent avec attention l'ampleur de cette nouvelle mobilisation. Les mesures annoncées par le chef de l’État et les rencontres avec des représentants des gilets jaunes n'ont pas été concluantes.

Et le mouvement, hors de tout cadre syndical ou politique montre des signes de dynamisme et engrange de nouveaux soutiens.

La première journée nationale, le 17 novembre, avait réuni 282.000 personnes, et la deuxième 106.000, dont 8.000 à Paris. Ailleurs en France, plusieurs opérations de blocage et de filtrage étaient recensées ce samedi.

avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No comment : French Cancan devant le Moulin Rouge pour la flamme olympique

France : la canicule désormais considérée comme un motif de chômage technique

France : le puzzle des solutions possibles après l'impasse des législatives