DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Gilets jaunes" : chaos sur les Champs-Elysées

Vous lisez :

"Gilets jaunes" : chaos sur les Champs-Elysées

"Gilets jaunes" : chaos sur les Champs-Elysées
@ Copyright :
REUTERS/Stephane Mahe
Taille du texte Aa Aa

L'Arc de Triomphe à Paris sous les gaz lacrymogènes.

En France, les gilets jaunes étaient venus exprimer leur colère dans le calme mais ce sont encore des images de violences qui retiennent l'attention. Des affrontements ont émaillé la mobilisation parisienne. Le gouvernement parle de 3000 casseurs et plus de 200 personnes interpellées.

A Paris, le ministère de l’Intérieur avait fermé à la circulation l’avenue des Champs-Élysées, dont l’accès aux piétons n’était autorisé qu’après un contrôle d’identité et une fouille des sacs, dans le but d’éviter la répétition des violences de samedi dernier.

Ces mesures n’ont pas empêché des manifestants de mettre le feu à des voitures renversées ou à des amas de palettes et d’affronter violemment les forces de l’ordre.

Des incidents ont notamment éclaté sur la place de l’Étoile, en amont des contrôles de sécurité. Certains manifestants ont tenté de forcer un point de filtrage, selon la préfecture de police, et ont jeté des projectiles sur les forces de l’ordre.

Après des échauffourées près des Champs-Élysées, des heurts se sont étendus dans l'après-midi à plusieurs autres quartiers de Paris dans une grande confusion, en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" qui rassemblait quelque 75.000 personnes à travers la France.

92 personnes dont 14 membres des forces de l'ordre ont été blessés selon un bilan établi par la préfecture de police de Paris.

"Pour la troisième fois en trois semaines, des milliers de personnes sont descendues dans les rues à travers la France. Ici, dans la capitale, plusieurs d'entre elles se sont rendues sur les Champs-Élysées où la police est très présente. 5000 agents de sécurité ont été déployés à Paris ce samedi mais cela n'a pas réussi à éloigner les gens, ils continuent à essayer d'accéder à cette avenue depuis les premières heures et c'est précisément ce que le gouvernement français voulait éviter. Ces gilets jaunes se disent déterminés, pour faire entendre leur voix, ils sont déterminés à continuer de parler d'inégalité sociale et de ce décalage entre le pouvoir et le peuple. Et ils disent que cette impasse ne sera résolue que lorsque le président français aura décidé de les écouter " explique notre correspondante à Paris Annelise Borges.

Et pour cela, les manifestants entendent maintenir aussi longtemps que possible la pression sur le gouvernement.

avec AFP et Reuters