Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Hongrie : la télévision publique, nouvelle cible des manifestants

Hongrie : la télévision publique, nouvelle cible des manifestants
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Voici la vidéo qui suscite à nouveau l'indignation des défenseurs des droits de l'Homme et de la démocratie en Hongrie. On y voit des députés hongrois se faire expulser manu militari des locaux de la télévision nationale. "Ne nous touchez pas", crie Bernadette Szel, députée indépendante, avant de se retrouver dans la rue avec ses collègues.

Depuis plusieurs jours une partie de la population est furieuse contre le gouvernement de Viktor Orban et ses nouvelles lois sur le travail et la justice. La télévision, elle, est accusée de partialité.

Peter Niedermuller, député hongrois : "Sur ces cinq points, en ce qui concerne l’indépendance du pouvoir judiciaire, la liberté des médias, et d'autres choses, tous les partis de l’opposition sont d’accord sur cette question. Nous ne parlons pas de différences entre les partis d’opposition, nous avons des objectifs communs et ces objectifs sont compréhensibles pour les citoyens, la société civile et les ONG également. Par conséquent, au cours des derniers jours ou des dernières semaines, nous avons vraiment vu une forte opposition en Hongrie contre le gouvernement hongrois".

L'expulsion des députés a entraîné un rassemblement spontané devant les locaux de la chaîne publique, avant une manifestation prévue ce soir.

Dimanche, plus de 15.000 personnes se sont retrouvées à Budapest contre le président Viktor Orban, toujours sourd à toute revendication. Depuis 2010, c'est la première fois que les différents groupes d'opposition s'unissaient dans une même manifestation.