Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Climat : des ONG attaquent l'Etat français

Climat : des ONG attaquent l'Etat français
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des ONG vont attaquer la France pour inaction contre le réchauffement climatique. Un document préalable en ce sens a été adressé lundi au président Emmanuel Macron et au gouvernement. Selon la procédure, l'Etat français a deux mois pour se positionner, sinon un recours juridique pourrait être introduit devant le tribunal administratif de Paris d'ici au mois de mars prochain.

Elles se fondent sur la Constitution et la Convention européenne des droits de l'homme, qui garantissent la protection des citoyens.

"Le juge peut tout à fait imposer à l'Etat d'agir, explique Marie Toussaint, présidente de "Notre affaire à tous". Par exemple sur la rénovation des logements, par exemple sur le développement des transports ferroviaires, par exemple sur l'agriculture, pour pouvoir enfin tenir les objectifs. Et en fait, c'est possible, l'Etat a de nombreux moyens d'action, mais il faudrait qu'il mobilise les outils fiscaux, réglementaires, les investissements nécessaires, et en fait on peut le faire."

"Le fait qu'il y ait 48.000 décès précoces par an en France dus à la pollution de l'air, c'est un coût en vies humaines et c'est un coût pour l'économie du pays, assène Audrey Pulvar, journaliste et présidente de la Fondation pour la nature et l'environnement. Ne pas prendre ce problème-là à bras le corps, c'est payer encore plus cher aujourd'hui et pour demain."

Face aux dérèglements climatiques, les recours en justice se multiplient dans le monde, contre des mesures insuffisantes pour garder le réchauffement sous contrôle.

L'annonce de la plainte commune des ONG en France intervient au lendemain d'une COP24 qui aura déçu par l'incapacité des Etats à renforcer leur action.