DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Grèce adopte son premier budget "post-crise"

La Grèce adopte son premier budget "post-crise"
@ Copyright :
REUTERS/Alkis Konstantinidis
Taille du texte Aa Aa

Pour la première fois depuis la sortie de la crise, la Grèce a adopté un projet de budget pour l'année prochaine.

Ce vote est intervenu sur fond de fortes tensions entre le parti de gauche Syriza du Premier ministre Alexis Tsipras et le principal parti d'opposition, Nouvelle-Démocratie (droite), mené par Kyriakos Mitsotakis, alors que la Grèce entre dans une année électorale, le mandat du Premier ministre prenant fin en septembre 2019 après quatre ans au pouvoir.

Alexis Tsipras s'est félicité de l'expansion budgétaire après huit ans d'austérité :

"A la fin de l'année 2018, le pays bouclera sa seconde année avec un taux de croissance positif. 1,5% l'an passé et 2% cette année. On s'attend à faire encore mieux l'année prochaine."

De leur côté, les représentants de l'opposition dénoncent "un gouvernement de mensonges" et regrettent que leur pays soit toujours sous l'égide européenne, malgré la fin de sa stricte mise sous tutelle.

"Nous avons encore ces missions de surveillance tous les trois mois. Aucun autre pays européen n'est soumis à cela. Nous avons aussi des objectifs insoutenables censés renflouer notre dette... Je parle du quatrième plan de sauvetage non officiel pour notre pays", a déploré Kyriakos Mitsotakis.

REUTERS/Costas BaltasDes manifestants devant le Parlement Grec mardi soir

Pendant le vote du budget, plusieurs syndicats ont manifesté devant le Parlement à Athènes. Pour eux, l'austérité est loin d'être terminée.

Notre reporter Nikoleta Drougka est allée à la rencontre de ces travailleurs grecs en colère :

"Bien que des mesures positives figurent dans le budget 2019 et que les réductions supplémentaires des retraites n'y soient pas incluses, les syndicats ne sont pas satisfaits. Ces derniers dénoncent les taxes qui sont toujours un lourd fardeau pour les travailleurs. Ils demandent des salaires plus élevés et des investissements publics supplémentaires pour la santé et l'éducation."

REUTERS/Costas Baltas