DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Japon, partenaire du Grand Musée égyptien du Caire

Le Japon, partenaire du Grand Musée égyptien du Caire
Taille du texte Aa Aa

Dans cette édition de Global Japan, nous sommes au pied des Pyramides de Gizeh près du Caire pour découvrir le nouveau Grand Musée égyptien.

Le Japon figure non seulement parmi les principaux partenaires financiers du futur Grand Musée égyptien, mais ce pays joue aussi un rôle clé dans la préservation et la restauration des trésors de l'Égypte ancienne qui seront exposées sur place. Quelque 100.000 pièces seront rassemblées sur 50.000 m².

Pour la première fois, on pourra y admirer l'intégralité du fabuleux trésor de Toutankhamon découvert en 1922. Toutankhamon fut le pharaon qui régnait sur le royaume d'Égypte à son apogée il y a plus de 3000 ans.

Valeur inestimable

Dans l'ancien musée dans le centre du Caire, une boîte contenant une peinture murale datant de 4000 ans est sur le point d'être transférée vers le Centre de conservation du nouveau Musée. C'est l'une des 72 pièces retenues dans le cadre du projet mené par la JICA, l'Agence japonaise de coopération internationale. Il est crucial que cette œuvre d'une valeur inestimable ne soit pas endommagée.

Les spécialistes japonais du transport supervisent cette opération délicate. Ils ont formé leurs collègues égyptiens et leur ont transmis des compétences et des outils qui n'existaient pas sur place. Au bout de quelques heures, la mission est accomplie : la peinture est arrivée sans encombres au Centre de conservation.

Formation et outils

Les experts venus du Japon ont tout d'abord formé plus de 2200 personnes, en particulier en se servant de reproductions. Et depuis 2016, ils travaillent main dans la main sur les objets authentiques.

Des lits et des chars font partie des œuvres sélectionnées. Ils proviennent du trésor de Toutankhamon. Un laboratoire spécialisé dans le bois a eu recours à des scanners 3D japonais, des équipements essentiels pour les scientifiques. Ce travail a permis d'identifier les différents types de bois utilisées sur les pièces datant de l'Égypte ancienne et de donner l'idée de créer une bibliothèque qui les répertorie.

Le représentant de la JICA au Caire souligne que le projet a été une grande réussite parce qu'il participe à la préservation des trésors de l'Égypte et qu'il contribue à générer les immenses retombées économiques attendues avec l'ouverture du Grand Musée égyptien.