DERNIERE MINUTE

Poutine : Kiev veut "envenimer" la situation

Poutine : Kiev veut "envenimer" la situation
Tous droits réservés
Reuters
Taille du texte Aa Aa

Vladimir Poutine tenait ce jeudi sa conférence de presse annuelle. C'est la 14ème fois que le président russe se livrait à cet exercice en tant que chef de l'Etat, mais la première depuis sa réélection à la tête du pays.

Il a évoqué les questions intérieures et les grands dossiers internationaux, comme le retrait de Washington du traité sur les forces nucléaires intermédiaires :

"Après le retrait des États-Unis de ce traité pertinent, qui était la clé de voûte de la non-prolifération et qui mettait fin à une course aux armements, nous avons dû réagir en créant un nouveau type d'arme pour parer ce système de défense antimissile. Il est difficile d'imaginer ce qui va se passer ensuite. Ces missiles seraient positionnés en Europe. Qu'est-ce qu'on va faire ? Nous devons nous assurer que nous sommes en sécurité. Et après, ils viendront déplorer que nous disposons d'un avantage. Nous ne cherchons pas à avoir un avantage. Nous essayons de maintenir un bon équilibre et d'assurer notre sécurité".

Vladimir Poutine est revenu sur l'escalade des tensions entre Moscou et Kiev, qui multiplie selon lui les "provocations". Le mois dernier, les autorités russes ont capturé trois navires ukrainiens dans le détroit de Kertch, au large de la Crimée, et emprisonné les marins qui se trouvaient à bord :

"Ils ont des élections de prévues et ils ont besoin d'envenimer la situation pour faire grimper la cote de popularité de l'un des candidats à la présidence. Je veux parler de l'actuel président de l'Ukraine, bien sûr. \_Quant à l'avenir et au sort des militaires ukrainiens, en réalité, ils ont été envoyés à la mort. Et je vois que les dirigeants ne sont pas satisfaits du fait qu'il n'y ait eu aucun mort, parce qu'ils voulaient que certains d'entre eux meurent. Mais heureusement, cela n'a pas été le cas"._

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.