Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Des "gilets jaunes" au Portugal

Des "gilets jaunes" au Portugal
Taille du texte Aa Aa

La journée de mobilisation organisée vendredi à travers le Portugal par des internautes inspirés du mouvement des "gilets jaunes" en France a provoqué de légères perturbations de la circulation routière à l'entrée de grandes villes du pays.

Au moins une quinzaine de groupes constitués sur les réseaux sociaux menaçait de "stopper le Portugal" en appelant à participer à environ 70 rassemblements et opérations escargot, mais leur impact a finalement été limité.

Sur la place du Marquês de Pombal, rond-point névralgique de la capitale surplombant le centre historique, une centaine de manifestants ont bloqué partiellement les avenues y donnant accès.

La plupart des protestataires ont démobilisé au bout de plusieurs heures, laissant sur place quelques militants scandant des slogans à connotation d'extrême-droite, qui a très peu de poids politique au Portugal, sous la vigilance d'une forte présence policière.

"C'est dommage qu'il y ait si peu de personnes !", a confié à l'AFP Mario Loureiro, chauffeur routier qui a pris sa journée pour participer à cette mobilisation directement inspirée par les évènements des dernières semaines en France.

"Le peuple en action contre la corruption", clamait une des banderoles brandies par les manifestants, qui souhaitent "faire entendre le mécontentement ressenti à travers le Portugal", selon le manifeste d'un des groupes.

Leurs revendications diverses vont des baisses d'impôts à la hausse des retraites les plus basses, en passant par des réformes du système électoral et du service public de santé ou encore pour alerter sur la crise du logement dans les grandes villes.

Sur le pont du 25 Avril, qui enjambe l'embouchure du Tage pour relier Lisbonne à ses banlieues sud, la police avait déployé un important dispositif et la circulation automobile n'a pas été perturbé au niveau de cet essentiel point d'entrée dans la capitale.

"Quand on a essayé de bloquer la voie, la police nous a ordonné de circuler et a menacé de remorquer la voiture", a témoigné un manifestant sur place.

Dans le nord du pays, des voies d'accès aux villes de Porto et Braga étaient également bloquées par des groupes de quelques dizaines de manifestants, rapportaient les médias locaux.

A Braga, des incidents sans gravité entre des protestataires et des automobilistes ont été signalés.

Avec agence