DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Plastiques à usage unique : L'UE donne l'exemple

Plastiques à usage unique : L'UE donne l'exemple
Taille du texte Aa Aa

Les efforts pour stopper la pollution au plastique de nos océans était l'un des grands thèmes de l'année 2018. Les législateurs de l'Union européens ont fini par adopter un accord qui vise à bannir les plastiques à usage unique d'ici 2021.

La députée européenne belge Frédérique Ries est à l'origine de cette loi. "Les bâtons de ballons de baudruche, les spatules, les cotons tiges, les pailles, les assiettes en plastiques vont être interdits car ce sont des objets que l'on retrouve très souvent sur les plages, et dans nos océans. Et il y a des alternatives" nous dit-elle.

Qui va payer ?

Une question centrale dans l'interdiction des plastiques à usage unique est de savoir qui va payer. La nouvelle directive européenne signifie que les fabricants d'équipements de pêche supporteront les coûts de la collecte des filets perdus en mer, bien plus que les pêcheurs. Le même principe est appliqué à l'industrie du tabac et à ses mégots de cigarette.

Mais l'industrie du plastique estime que la responsabilité doit être partagée. "Nous fabriquons la matière première, c'est donc notre responsabilité. Ensuite, vous avez quelqu'un qui fabrique le produit, puis vous avez les marques grand public qui conditionnent tous les aliments, les gens les consomment et les achètent chez un détaillant, vous voyez donc de nombreux acteurs impliqués dans le cycle de vie d'un produit" réagit Karl Forester, directeur exécutif de Plasticseurope, un organisme du secteur.

L'Asie et l'Afrique, premiers pollueurs des océans

On estime que 8 millions de tonnes de plastiques finissent chaque année dans les océans. L'interdiction que pose l'Union européenne crée un précédent, mais ne devrait pas changer grand chose, car 90% de la pollution au plastique vient de 10 fleuves, 8 en Asie, 2 en Afrique.

Le plastique devient microscopique dans les océans et finit dans les estomacs des animaux marins. Les chercheurs estiment que cela les affecte profondément, notamment le docteur Matt Cole, du laboratoire maritime de Plymouth. "Nous avons réussi à démontrer que chez un animal planctonique microscopique, les microplastiques peuvent affecter leur capacité à se nourrir, à se reproduire, cela affecte leur survie. D'autres chercheurs ont fait le même type de recherche sur des huitres, des moules ou des poissons. Elles montrent des impacts négatifs de ces plastiques."

À défaut, nettoyer les océans?

Outre l'interdiction des plastiques à usage unique, d'autres efforts sont déployés pour résoudre le problème. Cette année, Ocean Cleanup a déployé son premier système de récupération des déchets plastiques de grande taille dans le Pacifique.