Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Brexit : les camionneurs anglais perplexes

 Brexit : les camionneurs anglais perplexes
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Nous sommes sur une aire de repos de l'autoroute M25, c'est l'autoroute qui fait le tour de Londres et c'est là que Tim a décidé de passer la nuit.

Tim est camionneur. Il passe sa vie entre la Grande-Bretagne et le reste de l'Europe.

La perspective d'un Brexit sans accord suscite beaucoup de craintes, mais Tim préfère ne pas y penser.

Tim Drury, camionneur britannique : "Si nous n'arrivons pas à un accord, l'Union européenne voudra rapidement résoudre tous les problèmes qui en découleront. Cela les affecte autant que nous. C'est important de le garder à l'esprit."

L'import-export est une industrie où les échanges ne s'arrêtent jamais : les délais de livraison sont essentiels et ils sont un paramètre que le Brexit risque de bouleverser.

Damon Embling, Euronews : "Une chose est ici tout à fait surprenante. Nous sommes sur une aire de repos où environ 150 chauffeurs passent la nuit. Leur travail les conduit à travers toute l'Europe, mais le Brexit jouit ici d'un très large soutien, et cela que le Brexit soit avec ou sans accord. Et pourtant, l'ensemble du secteur de l'import-export craint au contraire un rétablissement des frontières qui augmenterait les délais en cas de Brexit sans accord."

De son côté, l'industrie automobile britannique exporte l'essentiel de sa production et craint un Brexit sans accord qui compliquerait son activité.

Les constructeurs importent des millions de pièces détachées pour alimenter les lignes de montages des usines.

Un Brexit sans accord impliquerait un rétablissement des frontières, des taxes sur les produits importés et donc une hausse des coûts qui torpillerait la compétitivité des voitures construites en Grande-Bretagne.

De retour sur l'aire de repos, le Brexit est dans toutes les conversations.

David est un camionneur anglais. Filip est lui portugais et il est en Angleterre pour la première fois.

Filipe Silva, camionneur portugais : "Pourquoi voulez-vous le Brexit ?"

David Gray, camionneur britannique : "Parce qu'il y a trop de monde en Angleterre. C'est ça l'explication du Brexit. Le business pourrait en souffrir, on aura peut-être des difficultés à trouver des médecins, des infirmière ou des camionneurs. Mais il y a quand même trop de monde dans ce pays."

Filipe Silva, camionneur portugais : "Je comprends ce que vous dites, mais il aurait été préférable de trouver une solution en restant dans l'Union européenne. Va-t-on continuer à faire des affaires ?"

David Gray, camionneur britannique : "L'important est que nous voulons faire des affaire avec l'Europe et l'Europe veut en faire avec nous. Alors si les gouvernements font un effort, il n'y a aucune raison qu'on ne le puisse pas."

Le gouvernement britannique explique qu'un Brexit sans accord est "improbable" mais assure néanmoins prendre des mesures réduire au minimum toutes perturbations éventuelles, quel que soit le résultat final des négociations avec Bruxelles.

De leur côté, les professionnels de l'import-export britannique attendent de savoir ce que le Brexit changera concrètement dans leur travail.