Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Allemagne : la fin de la vitesse illimitée ?

Allemagne : la fin de la vitesse illimitée ?
Taille du texte Aa Aa

En Allemagne, les défenseurs de la vitesse illimitée sont le vent debout à l'idée que cette particularité des autoroutes allemandes puisse être supprimée.

Et pourtant, une commission gouvernementale propose 130 km/h comme vitesse maximum.

"C'est l'idée la plus stupide au monde" réagit un automobiliste, mais les avis sont partagés et le débat en Allemagne est très animé.

La commission gouvernementale explique qu'il s'agit de limiter la vitesse pour réduite les émissions de gaz polluants.

Par ailleurs plusieurs responsables syndicaux policiers soutiennent cette mesure qui pourrait réduire le nombre de tués sur les routes.

"C'est une bonne idée, la vitesse sur l'autoroute aujourd'hui, ce n'est plus possible" dit un autre homme.

Les deux tiers des routes allemandes sont sans limitations de vitesse et pourtant le pays compte moins de morts sur les routes qu'ailleurs en Europe.

"Qu'est-ce que je peux dire ? On est le dernier pays d'Europe où on peut rouler vite. Et maintenant on est supposé ne plus le faire..." confie un troisième automobiliste.

Pour le psychologue Joerg-Michael Sohn, l'idée de supprimer une liberté liée à la voiture personnelle touche un point sensible de l'inconsciente des automobilistes.

Joerg-Michael Sohn, psychologue : "Pour beaucoup, la voiture est comme une deuxième peau où on se sent bien. Et si cet espace très important est attaqué les réactions sont négatives."

La commission à l'origine du débat sur la vitesse au volant en Allemagne propose également d'augmenter à partir de 2023, les tarifs des carburants.

Des mesures qui en rappellent d'autres, mais qualifiées de "complètement insensées" par le ministre allemand des Transports Andreas Scheuer.