Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Venezuela : un nouvel appel de Juan Guaido

Venezuela : un nouvel appel de Juan Guaido
Tous droits réservés
REUTERS/Carlos Barria
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Jusque dans les églises, le soutien à Juan Guaido s'affiche. La digue de l'autocensure a lâché au Venezuela, mais le leader de l'opposition qui s'est autoproclamé président par intérim mercredi est encore loin d'avoir chassé Nicolas Maduro du pouvoir. Il en appelle ainsi à des rassemblements massifs mercredi et samedi pour convaincre l'armée de le soutenir et convoquer de nouvelles élections.

" On m'a demandé : pourquoi [ne pas manifester] tous les jours ? Parce que nous sommes dans une situation telle au Venezuela qu'il faut aussi se battre chaque jour pour manger et survivre ", explique-t-il dans une vidéo postée sur son compte Twitter.

Juan Guaido peut compter sur de nombreux soutiens à l'étranger, dont celui de six pays européens - France comprise - qui ont donné jusqu'à dimanche à Maduro pour annoncer des élections.

Bras levés en signe de paix, des sympathisants de Guaido ont, eux, fait le tour des casernes pour distribuer aux soldats une promesse d'amnistie en cas de ralliement au président autoproclamé. Si les gestes de certains laissent peu de place au doute, des signes de dissensions se font jour, comme la défection de l'attaché militaire du Venezuela à Washington.

Alors pour resserrer les rangs, Nicolas Maduro a lancé une mise en garde aux soldats...

" Personne ne respecte les faibles, les lâches, les traîtres, personne ! s'est-il exclamé depuis le Fort Paramacay oiù il supervisait des exercices militaires. Dans ce monde, on respecte les valeureux, les courageux, on respecte le pouvoir, et il faut faire respecter le pouvoir de la nation vénézuélienne par le pouvoir militaire. "

Réélu en mai dernier lors d'un scrutin contesté et boycotté par l'opposition, le chaviste Nicolas Maduro dirige un pays à la dérive où l'inflation devrait atteindre 10 000 000% cette année.