DERNIERE MINUTE

Sénégal : le camp du président Sall ignore les propos de l'ex-président Wade

Sénégal : le camp du président Sall ignore les propos de l'ex-président Wade
Tous droits réservés
REUTERS/Zohra Bensemra
Taille du texte Aa Aa

Au Sénégal, les préparatifs se poursuivent en vue de l'élection présidentielle. Le premier tour du scrutin aura lieu le 24 février.

Le chef de l'Etat sortant Macky Sall est candidat à sa propre succession.

Son prédécesseur, Abdoulaye Wade, est sorti de sa réserve en appelant au boycott du scrutin, dans une vidéo publiée depuis sa résidence en France. Âgé de 92 ans, l'ex-président Wade dénonce une élection "verrouillée" par le pouvoir en place qui, selon lui, a fait écarter deux principaux rivaux potentiels, Karim Wade (fils de l'ex-président) et le maire déchu de Dakar Khalifa Sall, tous deux frappés par des condamnations judiciaires.

« Nos concitoyens doivent le proclamer haut et fort et manifester leur réprobation de cette élection qui n'est qu'un instrument de confiscation du pouvoir. »
Abdoulaye Wade
ex-président du Sénégal et leader du PDS (opposition)

Dans le camp du côté du président Macky Sall, on s'emploie à minimiser les propos d'Abdoulaye Wade.

« J’ai entendu le président Wade, que nous respectons tout ce qu’il a fait dans ce pays. Mais je pense que c’est des positions simplement d’homme politique qu’il exprime, mais le scrutin - Inch Allah - aura lieu. »
Aly Ngouille Ndiaye
ministre sénégalais de l'Intérieur

Le scrutin aura donc lieu le 24 février. D'ici, les candidats font campagne à travers le pays.

Ils sont 5 à être dans la course. Ils étaient 14 lors de la présidentielle il y 7 ans.

- avec agences -

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.