Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un Vénézuélien sur six aura quitté le pays d'ici la fin de l'année

REUTERS/Marco Bello
REUTERS/Marco Bello
Taille du texte Aa Aa

Depuis le début de la crise au Venezuela, le nombre de citoyens qui quittent le pays a augmenté de façon spectaculaire. Cette émigration devrait se poursuivre selon les prévisions du Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

D'après l'organisation, il s'agit du plus grand mouvement de population de l'histoire récente de l'Amérique latine. Si la tendance à la hausse se poursuit, 5,3 millions de personnes auront quitté le Venezuela d'ici la fin décembre 2019, soit une personne sur six.

Où vont les Vénézuéliens ?

Selon le HCR, le nombre de Vénézuéliens qui demandent le statut de réfugié dans le monde entier a augmenté de 4 000% depuis 2014, principalement dans les Amériques.

Les pays voisins, la Colombie et le Pérou, ont accueilli respectivement 1 million et 500 000 Vénézu²éliens. L’Équateur (220 000 réfugiés) et l’Argentine (130 000 réfugiés) figurent également parmi les destinations les plus populaires, tandis que le Brésil, qui partage une frontière avec le Venezuela, accueille 85 000 réfugiés.

Des manifestants de l'opposition, à Urena REUTERS/Marco Bello

Dans un contexte de crise croissante dans le pays, des camions transportant de l'aide humanitaire, y compris des fournitures des États-Unis, sont arrivés jeudi à la ville frontalière de Cucuta, mais le président Nicolas Maduro a bloqué leur entrée.

L'armée vénézuélienne a bloqué les trois voies du pont international de Tienditas, près de la frontière entre la Colombie et le Venezuela, à l'aide de conteneurs d'expédition et d'un camion-citerne, ainsi que d'une clôture.

REUTERS/Marco Bello

Nicolas Maduro a rejeté le convoi, le qualifiant de "spectacle politique" et a promis de rester en poste malgré la vague de pays qui ont reconnu le chef de l'Assemblée nationale, Juan Guaido, comme président par intérim du pays.