DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Top 14: Lyon, pôle d'attraction pour joueurs en quête de rebond

Top 14: Lyon, pôle d'attraction pour joueurs en quête de rebond
Taille du texte Aa Aa

Joueurs revanchards et aubaines de marché saisies au bond: si les joueurs ne se bousculaient pas au portillon pour venir il y a quelques saisons, Lyon s'est depuis donné un pouvoir d'attraction, recrutant malin et offrant un bon équilibre entre cadre de vie et conditions de travail.

"Il y avait la volonté de miser sur des joueurs qui voulaient se relancer mais aussi des opportunités sur le marché. Cela dépend, chaque joueur est différent", explique Pierre Mignoni, manager sportif du 4e du Top 14 avant d'affronter samedi le Stade Français.

Après Alexis Palisson (Toulouse) en 2017, les revanchards Noa Nakaitaci (Clermont), Jean-Marc Doussain (Toulouse), Jonathan Wisniewski (Toulon) ou encore Loann Goujon (La Rochelle), ont ainsi rejoint cette saison le LOU Rugby, qui attend par ailleurs le Toulonnais Xavier Chiocci et le Clermontois Patricio Fernandez l'été prochain.

"Beaucoup de joueurs ont trouvé un contexte favorable à Lyon, je pense notamment à Lionel Beauxis, qui a relancé sa carrière, à Alexis qui a fait une belle saison. C'est ce que je suis venu chercher", témoigne Wisniewski, âgé de 33 ans et passé par le Racing et Grenoble.

"J'ai envie de me régaler, m'intégrer dans un projet, vivre une belle aventure. Ces facteurs ont énormément compté", reconnaît l'ouvreur.

Le LOU n'a cependant pas toujours été aussi attrayant: "Nous avons dû faire un travail de fond pour être attractif", admet Mignoni, rappelant "qu'il y a deux ans, les joueurs ne se battaient pas pour venir à Lyon".

A l'été 2016, le club venait en effet tout juste de remonter en Top 14, après sa deuxième descente en quatre saisons.

Depuis, Mignoni, arrivé en 2015, a contribué, par son fonctionnement, son discours et ses résultats, à façonner une équipe ambitieuse, demi-finaliste du championnat la saison passée.

- 'Jeunes français talentueux' -

Une formation que rejoignent désormais, apprécie Mignoni, de "jeunes français talentueux (qui) sont intéressés par notre projet". Dont, l'été prochain, les champions du monde moins de 20 ans Kilian Geraci (Grenoble) et surtout Demba Bamba (Brive/Pro D2), chipé au nez et à la barbe de plusieurs grosses écuries.

Ils rajeuniront la formation rhodanienne: "L'objectif est de parvenir à trouver un équilibre. La saison prochaine, nous aurons une équipe jeune, encadrée par des joueurs expérimentés", annonce Mignoni.

Le président Yann Roubert fait lui "confiance à son encadrement pour exploiter un potentiel", qu'il parvient tout de même à déceler de son bureau ou de son canapé: "Nous avons tous la télé et nous savons tous de quoi Beauxis, Wisniewski, Nakaitaci ou Doussain, pour ne citer qu'eux, sont capables. Certaines qualités ne peuvent pas s'évanouir comme ça."

"Après, nous essayons de mettre les joueurs dans les bonnes conditions de travail et de vie, sans que ce soit une science exacte", ajoute Roubert, évoquant un "juste prix" pour le recrutement et une relation "gagnant-gagnant".

Le club peut ainsi compter sur des joueurs qui ont envie de se relancer, tandis que les recrues jouissent d'un cadre de vie agréable et exercent leur métier dans un club ambitieux, stable, et qui se structure patiemment.

"Nous n'avons pas le plus grand palmarès et nous ne sommes pas le club qui paie le mieux. Mais nous essayons de proposer ce qui convient le mieux au joueur: un projet sportif, les installations, l'encadrement, l'ambiance de travail et la qualité de vie propre à la ville de Lyon", note ainsi le président. Des conditions qui séduisent de plus en plus de joueurs.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.