DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

The Brief from Brussels : la droite européenne se fracture sur le cas de Viktor Orban

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban -
Tous droits réservés
REUTERS/Bernadett Szabo
Taille du texte Aa Aa

Les provocations politiques, la rhétorique anti-migrants et la ligne nationaliste prônée par le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, embarrasse le Parti populaire européen (PPE). Pour le président de la Commission européenne il n'y aucune ressemblance entre lui et l'homme fort de Budapest. "Selon moi sa place n'est pas au PPE", assure le chrétien-démocrate Jean-Claude Juncker. Cette passe d'armes fait suite au lancement en début de semaine en Hongrie d'une nouvelle campagne contre la Commission européenne et sa politique migratoire.

Geste politique hongrois à Jérusalem

La Hongrie ouvrira prochainement une représentation diplomatique à Jérusalem. Le Premier ministre hongrois compte établir un bureau commercial titulaire d’un statut diplomatique. Budapest suit en partie les traces des Etats-Unis qui ont déplacé leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem. C’est aussi une pique lancée par le Premier ministre à ses partenaires européens qui ne reconnaissent pas Jérusalem comme la capitale d'Israël.

Cyberattaques contre des organisations européennes

Microsoft révèle des attaques contre des institutions démocratiques européennes et des centres de réflexion. Les faits se sont déroulés entre septembre et décembre de l'année dernière contre des organisations engagées dans les élections européennes du mois de mai. L'entreprise attribue ces actions à un groupe de hackers russes connu pour sa proximité avec les autorités du pays.

Interdire les armes nucléaires en Europe

Quatre députés européens écologistes, dont la Française Michèle Rivasi, ont été interpellés sur une base militaire aérienne belge. Les élus ont bloqué l'une des pistes pour dénoncer le stockage de bombes nucléaires américaines capables d'être embarqués sur les avions F-16 de l'armée belge. Les parlementaires réclament la disparition de ces armes sur le continent européen.