DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Six Nations: la France s'offre un bol d'air et un vent de jeunesse contre l'Ecosse

Taille du texte Aa Aa

Fraîcheur et victoire ont soufflé sur le Stade de France: le XV de France, encore convalescent mais joueur sous l'impulsion de ses jeunes pousses, a relevé la tête samedi dans le Tournoi des six nations après deux défaites en battant l'Ecosse (27-10).

Il faut évidemment se garder de tirer des conclusions définitives sur un éventuel renouveau des Bleus après ce succès face au XV du Chardon, trop diminué par l'absence de six titulaires, dont ses deux facteurs X derrière (Finn Russell et Stuart Hogg), pour espérer s'imposer à Saint-Denis pour la première fois depuis 20 ans.

Dans deux semaines, l'Irlande, chez elle à Dublin, sera un adversaire autrement plus redoutable et un révélateur bien plus fiable de la situation de ce XV de France, à sept mois de la Coupe du monde au Japon (20 septembre-2 novembre).

Un XV de France encore friable, comme en témoigne sa dernière demi-heure avant de marquer ses deux derniers essais, où il a plié sous les assauts écossais, mais sans rompre. Parvenant, par son courage en défense, à éviter d'encaisser un essai qui aurait fait ressurgir les démons des récentes victoires échappées au Stade de France.

Mais joueurs comme spectateurs de l'enceinte de Saint-Denis, quasiment pleine pour la première fois depuis un an, ne devraient pas bouder leur plaisir d'un premier succès dans le Tournoi après les deux revers inauguraux. Invraisemblable face au pays de Galles (24-19), dans cette même enceinte après avoir dilapidé un avantage de seize points, puis dans les grandes largeurs en Angleterre (44-8).

- Paris gagnés -

Cette victoire éteint d'abord le spectre d'une première Cuiller de bois dans le Tournoi depuis 1957, et vient un peu alléger la chape de plomb qui pèse au-dessus des Bleus.

Souhaitant se recentrer sur leurs performances et se resserrer autour de leur capitaine Guilhem Guirado, ils ont également réactivé et formalisé un "conseil des joueurs", chargé de faire le lien avec l'encadrement.

Pari gagné, donc, comme pour le sélectionneur Jacques Brunel, qui a décidé de mettre à l'écart ses demis d'expérience Morgan Parra et Camille Lopez pour lancer une charnière d'avenir jeune et fougueuse composée d'Antoine Dupont (22 ans) et Romain Ntamack (19 ans).

Les deux pépites du Stade Toulousain ont totalement répondu aux attentes, dynamisant le jeu et prenant des initiatives pour mettre l'équipe dans l'avancée.

Ntamack, qui honorait sa troisième sélection, et la première à l'ouverture, a ainsi inscrit le premier essai (14e, 7-0), servi par Thomas Ramos (23 ans), autre jeune pousse des Rouge et Noir, titularisé pour la première fois.

Dupont, lui, a effectué un relai décisif sur le premier essai, comme sur le deuxième, où il a également parfaitement servi d'une passe sautée, décisive, Yoann Huget (42e, 15-3).

Autres éléments remarqués de la jeune classe tricolore: Damian Penaud (22 ans), auteur de plusieurs interventions tranchantes, et Demba Bamba (20 ans), de nombreuses charges percutantes et solide en mêlée.

Ainsi que Grégory Alldritt (21 ans), qui s'est offert un doublé en fin de match (76e et 80e+8) pour permettre aux Bleus de décrocher un point de bonus offensif pas forcément anecdotique en ces temps difficiles.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.