DERNIERE MINUTE

Les touristes taxés à Venise, pour sauver la cité des Doges

Les touristes taxés à Venise, pour sauver la cité des Doges
Tous droits réservés
REUTERS/Manuel Silvestri
Taille du texte Aa Aa

Jusqu'au 5 mars, peut-être aurez-vous la chance d'aller voir le légendaire carnaval de Venise. Un luxe qui deviendra de plus en plus cher, car Venise, victime de son succès, envahie par les touristes, est en péril. Pour la protéger, les autorités locales imposent une taxe à partir de ce mois, sur les touristes en croisière qui débarquent à la journée : ceux qui ne payent pas de taxe de séjour pour un hôtel, ou une location, et qui souvent mangent un picnic, et ne font donc pas marcher le commerce. Sur les 25 millions de visiteurs annuels, 14 millions restent juste une journée.

"Cette nouvelle taxe pour les touristes en croisière et qui ne restent pas la nuit à Venise est une très bonne idée, dit Paul, un touriste australien. La municipalité pourra utiliser cet argent pour améliorer les services et sauver Venise."

Sauver la « Sérénissime ? Pas sûr, selon ce Vénitien :

"En plus des problèmes qu'on a déjà, en payant cette taxe, certains touristes vont se croire tout permis. Je pense que ça va créer des catastrophes."

La taxe prévue se situe entre 3 et 10 euros, une somme qui passera de 6 à 10 euros en janvier prochain. Sur les 25 millions de visiteurs annuels, 14 millions restent juste une journée.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.