DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Droits des femmes : grosse mobilisation en Espagne

Droits des femmes : grosse mobilisation en Espagne
@ Copyright :
REUTERS/Juan Medina
Taille du texte Aa Aa

Dans un petit local du centre de Madrid, l'Association des hommes pour l'égalité entre les sexes a décidé de montrer l'exemple. En cette journée des droits des femmes, ce sont les hommes qui ont préparé le repas du jour et qui se sont occupés des enfants. Les participants n'ont pas souhaité s'exprimer pour que leurs compagnes restent les principales protagonistes de la journée.

"Les hommes nous aident à être plus visibles, explique Rosa_. Et le fait que les responsabilités que nous avons l'habitude d'assumer soient maintenant assumées par eux, à mon avis c'est un bon signe et c'est très symbolique... car si nous arrêtons tout s'arrête."_

L'association a fait des émules : vendredi, 43 comités ont organisé des repas de l'égalité dans toute la métropole madrilène avant la grande manifestation de la soirée.

Et comme l'an dernier, le rassemblement a connu un énorme succès. Environ 375 000 personnes sont descendues dans la rue pour réclamer respect et dignité pour toutes les femmes... contre le machisme ambiant.

"Dans mon entourage, explique une jeune manifestante_, j'ai remarqué que les gens sont plus conscients de ce que c'est que d'être une femme et de ce que cela implique, et ce que vivons est plus souvent raconté dans les médias."_

Près de 500 marches ont été organisées dans toute l'espagne et de source syndicale près de 6 millions de personnes se seraient jointes aux différents cortèges.

Carlos Marlasca, Euronews, à Madrid : "Ce sont surtout les femmes et parmi elles les plus jeunes qui ont participé à cette manifestation historique. La plupart des personnes que nous avons interrogées nous ont dit qu'elles ne souhaitaient pas qu'un parti politique devienne le porte-flambeau du féminisme parce que cette cause doit rester universelle. Des manifestants nous ont dit aussi que depuis l'an dernier il y avait eu des progrès mais que beaucoup restait encore à faire".