Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Brexit : jamais deux sans trois ?

Brexit : jamais deux sans trois ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une semaine décisive pour le Brexit. Theresa May pourrait ces prochains jours tenter une troisième fois de faire adopter par le parlement son accord de retrait. C'est ce qu'elle a proposé jeudi. Mais aujourd'hui c'est la prudence qui est de mise et la Première ministre britannique veut d'abord s'assurer du soutien de ses alliés. Et la stratégie de l'usure pourrait finir par payer - c'est ce que pense Philip Hammond, ministre des Finances :

"Ce qui s'est passé depuis mardi dernier, c'est qu'un nombre important de collègues, y compris des personnalités très connues et de façon publique, ont changé d’avis et ont décidé que les alternatives étaient si désagréables que finalement l'accord du premier ministre est le meilleur moyen de mettre en œuvre le Brexit."

Essuyer un nouvel échec pourrait être fatal au gouvernement, car les Travaillistes attendent au tournant.

Quand allez-vous présenter une motion de censure au gouvernement , demande cette journaliste à Jeremy Corbyn, leader de l'opposition.

Jeremy Corbyn : "Le gouvernement va apparemment présenter de nouveau ses propositions au Parlement cette semaine. Je pense qu'ils vont être vaincus à nouveau. Je pense qu’à ce stade, une motion de défiance serait appropriée. Il doit y avoir des élections générales pour que les citoyens de ce pays puissent décider".

Theresa May, tout ce week-end, était en opération séduction, tentant de convaincre les eurosceptiques purs et durs de son parti et les unioniste nord-irlandais, habituellement ses alliés au Parlement.

75 votes de plus en faveur du texte de Brexit pourraient le faire adopter. Dans une tribune au Sunday Telegraph, Theresa May a à nouveau supplié les députés de voter son texte.