Alors que le peuple algérien reste dans la rue, le gouvernement cherche du soutien en Europe

Alors que le peuple algérien reste dans la rue, le gouvernement cherche du soutien en Europe
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le vice-Président Ramtane Lamamra poursuit son tour d'Europe à la recherche de soutien dans la crise politique que traverse l'Algérie. Après Rome, il était mercredi à Moscou et sera jeudi en Allemagne.

PUBLICITÉ

Des milliers d'étudiants et de professionnels de la santé sont redescendus dans les rues d'Alger ce mardi.

Un collectif dénommé "coalition pour le changement" s'est désormais constitué et a appelé à la démission du président Abdelaziz Bouteflika.

Cette nouvelle mobilisation intervient au lendemain de la confirmation présidentielle du maintien du calendrier institutionnel en dépit des manifestations qui secouent le pays depuis un mois.

Une décision confirmée mercredi matin par le ministre des affaires étrangère algérien en déplacement à Moscou.

"C'est un moment particulier, explique Ramtane Lamamra, vice-Premier ministre algérien. Particulier,  parce que les jeunes algériens ont eux-mêmes pris l'initiative et ont activement promu des changements significatifs dans la structure politique du pays."

Ramtane Lamamra a reçu le soutien de son homologue russe Sergueï Lavrov :"L'essentiel est que le peuple algérien résolve ses propres problèmes et ses propres affaires sur la base de la constitution de son pays et du respect des normes internationales."

Après une première vague de manifestations, Abdelaziz Bouteflika a déjà renoncé le 11 mars dernier à briguer un cinquième mandat.

Au pouvoir depuis 20 ans, le président sortant est affaibli par les séquelles d'un AVC qui l'ont empêché d'apparaître en public depuis 2013.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En 2023, la croissance économique russe dépassera celle de la zone euro, malgré les sanctions

La guerre en Ukraine rend 80% des Russes inquiets pour leur confort financier

Guerre en ukraine : Moscou commet toujours des crimes de guerre en Ukraine