Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit : stop ou encore ? Retour sur près de 3 ans d'imbroglio

Brexit : stop ou encore ? Retour sur près de 3 ans d'imbroglio
Taille du texte Aa Aa

"Nous avons récupéré notre pays". Le 23 juin 2016, le député europhobe européen Nigel Farage célèbre la victoire de son camp : avec 51,89 % des suffrages, les partisans du Brexit l'emportent.

Le référendum met un terme à quatre décennies de relations tumultueuses entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

L'Europe est sous le choc et les Britanniques plus divisés que jamais.

Moins d'un mois plus tard, en juillet 2016, David Cameron jette l'éponge. C'est à lui que le Royaume-Uni doit le référendum.

La bataille est rude au sein des Tories pour la succession au poste de premier ministre.

C'est finalement Theresa May qui s'installe au 10 Downing Street et qui enclenche l'article 50 du traité de Lisbonne pour officialiser la procédure de divorce entre Londres et Bruxelles.

Theresa May, première ministre britannique : "Le processus de l'article 50 est en cours et, conformément au souhait du peuple britannique, le Royaume-Uni quitte l'Union européenne."

Les négociations entre Londres et Bruxelles commencent au début de l'été 2017. Il s'agit de trouver un compromis sur les conditions du divorce et le cadre des relations futures.

Au menu du premier volet des discussions, le calcul des sommes que le Royaume-Uni devra régler à l'Union européenne pour solde de tout compte donne le la de la difficultés des négociations à venir.

La question de la séparation entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord demeure à ce jour irrésolue.

Dans ces négociations, Londres et Bruxelles ont leurs lignes rouges, mais un compromis finit par se voir le jour autour d'une période de transition et des garanties des droit des citoyens européens.

L'accord conclu, il ne restait qu'à le faire ratifier par le Parlement britannique.

Un premier vote a finalement lieu en janvier, mais Theresa May ne parvient pas a rassembler une majorité et essuie un premier revers.

Le non l'emporte et la situation est dans l'impasse. Les Communes rejettent à nouveau l'accord, le 12 mars et une troisième fois ce vendredi 29 mars, le jour où le Royaume-Uni devait, à l'origine, quitter l'Union européenne.

Le Brexit est reporté. La prochaine date butoir et fixée au 12 avril. D'ici là, les députés britanniques seront à nouveau appelés à voter.