Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit : Londres bénéficie d'un nouveau délai de l'UE jusqu'au 12 avril

Brexit : Londres bénéficie d'un nouveau délai de l'UE jusqu'au 12 avril
Taille du texte Aa Aa

Le 12 avril, c'est le nouveau report donné à Londres pour résoudre la crise du Brexit. Selon Jean-Claude Juncker, l'Union européenne "travaillera jusqu'au dernier moment" pour éviter un divorce sans accord qui ne profiterait qu'aux "populistes et aux nationalistes".

"Le 12 avril est la date ultime d'approbation possible, a déclaré Jean-Claude Juncker_. Si la Chambre des Communes ne s'est pas prononcée avant cette date, aucune prolongation supplémentaire de courte durée ne sera possible. Après le 12 avril nous risquons de mettre en danger le bon fonctionnement du parlement européen et de l'Union européenne."_

Comme le soulignent tous les responsables européens, faute de court report, la seule alternative à un divorce brutal serait alors le scénario d'un report de longue durée, sous conditions.

"Je sais qu'un certain nombre de collègues se disent "ah peut-être peut-on avoir une longue prolongation", ne vous faites pas d'illusion, a prévenu Guy Verhofstadt, chef du Brexit au Parlement européen, si nous créons une situation où la Grande-Bretagne a un pied dans l'UE, et un pied en dehors, c'est une tragédie. C'est mauvais pour l'Union européenne. Pouvez vous imaginer que le nouveau Premier ministre britannique Mr Boris Johnson, ou Mr Michael Gove, tous les deux architectes, les architectes du désastre du Brexit, aient entre leurs mains les clefs de l'avenir de l'Union européenne. Je ne peux pas imaginer cela, que ça arrive. Ce serait un désastre pour l'Union européenne et ce n'est pas dans ce sens que nous devons aller."