DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bleues: pour être au Mondial, "rigueur et efficacité" feront la différence, selon Asseyi

Bleues: pour être au Mondial, "rigueur et efficacité" feront la différence, selon Asseyi
Taille du texte Aa Aa

Pour obtenir sa place parmi les 23 Bleues sélectionnées pour la Coupe du monde à domicile (7 juin-7 juillet), "ce qui fera la différence, c'est la rigueur et l'efficacité", a déclaré à l'AFP la Bordelaise Viviane Asseyi.

A 25 ans, l'attaquante a brillé en club (11 buts en 19 matches cette saison) et lors du dernier rassemblement international. Elle est entrée en fin de match contre le Japon jeudi soir et contre le Danemark lundi en préparation à Strasbourg, il y a une ultime occasion de se montrer avant la publication de la liste pour le Mondial. "Mais tant qu'elle n'est pas dévoilée, personne n'est sûr", prévient-elle.

Q: Comment gère-t-on au quotidien une saison quand on sait qu'au bout, on peut être sélectionnée pour une Coupe du monde?

R: "Cela ne change pas grand chose. Quand on est en club, on ne pense qu'aux objectifs du club. Quand on arrive en Bleu, on pense aux objectifs de l'équipe de France. C'est vrai que tout le monde en parle deux fois plus. Mais nous, ça ne nous perturbe pas. Si on se prend trop la tête, si on se dit que la liste tombe bientôt, si on se demande +Est-ce que je vais y être ou pas?+, on jouera forcément mal. Or, il faut être performant sur le terrain. Si tu l'es, il t'arrivera de belles choses".

Q: Comment jugez-vous la concurrence qui règne pour obtenir sa place dans les 23 joueuses disputant le Mondial?

R: "La concurrence, elle est saine. A l'entraînement, tout le monde est là pour s'encourager à chaque but. C'est bien pour tout le monde que la concurrence soit saine: c'est comme ça qu'on va toutes progresser. Cela ne peut que nous faire du bien. La meilleure jouera mais tout le monde aura donné le maximum pour jouer. Tant que la liste n'est pas dévoilée, personne n'est sûr. On peut avoir plein de surprises. On a déjà l'avantage d'être ici (sélectionnée pour la préparation), il faut saisir cette chance. Il ne faut pas dormir, le foot cela va vite, il ne faut pas se reposer sur ses lauriers".

Q: Pour la Coupe du monde 2015, vous étiez personnellement proche d'être dans les 23, mais vous n'avez été que réserviste. Quel souvenir en gardez-vous?

R: "Je me rappelle que j'étais dégoûtée. Mais je savais que je n'avais pas énormément de chances d'y aller, peut-être que je n'avais aussi pas mis toutes les chances de mon côté à ce moment-là. Je suis une compétitrice, ce que je veux c'est des grands matches, des grandes compétitions, donc 2015, ça a joué (dans ma motivation actuelle). Pour une Coupe du monde, on est quoi qu'il arrive hyper déterminée. Cette fois, c'est en France donc on l'est deux fois plus. C'est un rêve. On n'aura pas l'opportunité de faire ça une deuxième fois dans sa vie. Ce qui fera la différence, c'est la rigueur et l'efficacité. Si j'associe bien les deux, je peux avoir une grande chance".

Propos recueillis par Antoine MAIGNAN

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.