Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pour ou contre Julian Assange : réactions après son arrestation

Pour ou contre Julian Assange : réactions après son arrestation
Taille du texte Aa Aa

Héros de la démocratie pour les uns, trublion anti-système, voire anarchiste manipulateur pour les autres : on peut dire que l'arrestation de Julian Assange ne laisse personne indifférent. On ne peut pas le contester, Wikileaks, le site d'information qu'il a créé, est désormais un modèle pour tous les lanceurs d'alerte, et un acteur au poids politique imparable.

Julian Assange, en quelques années, est devenu l'ennemi juré des gouvernements et des chancelleries... Voir la réaction par exemple de Jeremy Hunt, ministre britannique des Affaires Etrangères : Julian Assange n'est pas un héros. Il a caché la vérité pendant des années et des années et il est juste que son avenir se décide au sein du système judiciaire britannique. Ce qui est arrivé aujourd'hui est le résultat d'années de diplomatie prudente de notre pays. Et ce n'est pas Julian Assange qui est pris en otage à l'ambassade d'Équateur, c'est bien Julian Assange qui tenait l'ambassade d'Équateur dans une situation qui leur était absolument intolérable."

Tout autre son de cloche bien-sûr du côté d'Edward Snowden, qui parle d'un "jour sombre pour la liberté de la presse". En exil en Russie depuis ses révélations sur l'agence de surveillance américaine NSA, le lanceur d'alerte met en cause l'Equateur, qui a révoqué un asile qui était "légitime".

Enfin côté russe, le porte-parole du Kremlin a déclaré espérer que les droits de Julian Assange allaient être respectés. Le ministère des Affaires Etrangères est allé plus loin en disant que "La main de la 'démocratie' étranglait la liberté".