DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Football Leaks: plainte classée contre un procureur régional suisse proche d'Infantino

Football Leaks: plainte classée contre un procureur régional suisse proche d'Infantino
Taille du texte Aa Aa

Le magistrat suisse chargé d'enquêter sur des liens entre le président de la Fifa Gianni Infantino et un procureur régional du canton du Valais (sud), suite aux Football Leaks, a classé l'affaire, l'enquête ayant écarté les soupçons de corruption.

Le procureur extraordinaire nommé dans cette affaire fin 2018 est arrivé à la conclusion que les présents reçus par Rinaldo Arnold n'avaient pas pour but de l'influencer dans son travail.

Selon les "Football Leaks", M. Infantino entretenait des liens étroits avec Rinaldo Arnold, à qui il avait offert des places pour des matches et qu'il qualifie d'"ami".

A la suite de ces révélations par un consortium de médias européens, la justice du canton du Valais avait ouvert, le 4 décembre, une "procédure pénale" contre le premier procureur du Haut-Valais, M. Arnold, "pour acceptation d'un avantage, voire corruption passive".

M. Arnold était soupçonné d'avoir reçu des avantages du président de la Fifa, Gianni Infantino, "pour accomplir les devoirs de sa charge", a indiqué la justice valaisanne dans un communiqué.

"L'enquête pénale a réfuté les soupçons initiaux selon lesquels les avantages acceptés par Rinaldo Arnold (en particulier des tickets pour des matches de football et des invitations à des congrès) (...) auraient été obtenus en rapport avec sa position", a-t-elle expliqué.

La procédure pénale dirigée contre M. Rinaldo a été classée le 10 avril.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.