DERNIERE MINUTE

Grèce : quelle perception de l'Union européenne dans la ruralité ?

Grèce : quelle perception de l'Union européenne dans la ruralité ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Aujourd'hui, Bryan et Fay se sont rendus dans la région grecque de l'Epire, connue pour ses belles montagnes, mais également pour sa forte pauvreté. Le chômage, et l'exode rural y sont de véritables fléaux. Mais le tourisme génère des revenus importants, notamment pour le village de Metsovo.

Ce village peut compter sur ses paysages, ses maisons en pierre, et sa production traditionnelle. Alexandros Ioannu, gérant d'un domaine viticole local, a décidé l'année dernière, de quitter la capitale, Athènes, et de reprendre l'entreprise familiale, transmise depuis 3 générations.

"Même pendant la crise, le tourisme a connu une hausse. Cela représente des revenus potentiels pour nous. Si je suis venu ici, c'est pour aider à la croissance de l'entreprise, dans le but, à terme, d'augmenter l'exportation de notre vin" indique-t-il.

Chaque année, un demi million de bouteilles sortent de son domaine. 1/5 de la production est exportée. La société pense que son savoir-faire et ses prix compétitifs pourraient contribuer à augmenter cette part dans le futur.

Pour autant, Alexandros ne croit pas que la politique puisse vraiment aider les entreprises comme la sienne, il dit qu’il votera tout de même lors des prochaines élections européennes. "Je suis pro-Europe, mais je pense que des erreurs ont été faites dans les deux sens. Le fonds monétaire international et l'union européenne ne sont pas parvenu à comprendre la crise grecque. Les politiciens grecs ont fait un très mauvais travail pour trouver une prétendue solution. Je vais probablement aller voter, mais je ne pense pas que cela ait un réel impact sur ce qui va se passer".

Le fromage fait également partie de la culture de Metsovo. Dans l'usine de Giorgos Tsompikos, cinq types de fromages différents sont produits par 20 salariés. Parmi eux, Alexandros, un jeune diplomé.

"J'ai étudié à l'université, mais je suis venu vivre ici à cause de la crise. Dans d'autres circonstances, j'aurais pu travailler en ville ou continuer mes études, faire un master ou un doctorat. Les salaires sont vraiment bas pour pouvoir vivre ailleurs, même à Ioannina, à 50 kilomètres d’ici, c’est vraiment difficile. En général, les salaires sont autour de 600 à 700 euros maximum, mais ici le salaire est très bon. Autour de 1000 euros" dit-il.

L'exploitation produit 170 tonnes de fromage chaque année. Pour son directeur, "l’Union européenne a beaucoup aidé les agriculteurs avec les subventions. Malheureusement, notre pays n’a pas utilisé ces fonds correctement pour que nous puissions continuer à nous développer" affirme-t-il.

Les petites entreprises comme celle-ci constituent la colonne vertébrale de l'économie grecque. Pour certaines d'entre elles, la perspective d'un redressement complet est encore une long chemin. En Grèce, où le vote est obligatoire, les patrons cherchent une meilleure utilisation des fonds européens, et les salariés espèrent de meilleures opportunités de travail. Beaucoup estiment que les élections européennes n'auront pas forcément un impact positif dans leurs vies.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.