DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

NBA: coups de tonnerre pour Westbrook et OKC

NBA: coups de tonnerre pour Westbrook et OKC
Taille du texte Aa Aa

Russell Westbrook est (encore) tombé de haut: le meneur d'Oklahoma City a échoué pour la troisième saison de suite à franchir le 1er tour des play-offs, et cette année les dégâts ne se limitent pas au terrain.

Il y a des chiffres qui font mal surtout quand, comme Westbrook, on est habitué à affoler les statistiques et à donner le tournis avec des moyennes ahurissantes.

Lors de leurs trois dernières campagnes de play-offs, OKC et son joueur-vedette n'ont remporté que quatre matches pour douze défaites.

Pire, le Thunder a perdu ses douze derniers matches de play-offs disputés à l'extérieur!

Il a certes fallu, mardi soir, un tir improbable à la dernière seconde de Damian Lillard pour qualifier Portland (118-115) dès le match N.5 et prolonger cette série, mais la tendance est nette: OKC n'est plus un prétendant au titre.

Et ce malgré la présence dans ses rangs de Westbrook, l'un des joueurs les plus prolifiques de l'histoire.

Pour la troisième année de suite, le N.0 d'OKC a terminé la saison avec un "triple double" (trois catégories de statistiques à dix unités et plus) de moyennes, un exploit rarissime réalisé seulement avant lui par le légendaire Oscar Robertson, grâce à ses 22,9 points, 11,1 rebonds et 10,7 passes décisives par match.

- 42,8% de réussite au tir -

Mais ces chiffres flatteurs sont à relativiser, car Westbrook tire beaucoup et son efficacité devant le panier adverse est en berne.

Il a fini la saison régulière avec une réussite de 42,8% --29% à trois points--, l'une des pires de sa carrière NBA débutée en 2008.

Lors des cinq matches disputés contre Portland lors du 1er tour des play-offs, son efficacité a chuté à 36%.

Les échecs répétés d'OKC depuis le départ en 2016 de Kevin Durant à Golden State, vécu comme une trahison par Westbrook, sont d'abord ceux de leur meneur.

Il n'est pourtant pas la seule star de l'équipe, mais Carmelo Anthony, présenté comme le grand responsable de l'élimination de la saison dernière, n'est plus là et Paul George a réussi en 2018-19 la meilleure saison de sa carrière.

A 30 ans, Westbrook, élu meilleur joueur NBA (MVP) en 2017, doit changer, selon plusieurs anciennes gloires de la NBA.

"Russell est trop agressif, il joue toujours à 100 km/h et à 100%, il devrait prendre plus de recul et laisser plus de place à ses coéquipiers", a estimé Charles Barkley qui est l'un des rares à la défendre.

"Il faut qu'il soit plus imprévisible dan son jeu", a de son côté jugé Shaquille O'Neal.

- "C'est dangeureux" -

Westbrook a aussi beaucoup à faire pour changer son image.

Lors de ses conférences de presse d'après-match, il se contente de réponses monosyllabiques et ne cache pas son dédain notamment pour un journaliste d'un quotidien d'Oklahoma City, dont les questions ont longtemps eu pour réponse un lapidaire "question suivante?"

Après l'élimination par Portland, il a fait l'effort de maugréer deux "longues" réponses: "très décevant" et "pas d'explications".

Devenu le cauchemar des journalistes, dont certains le présentent comme le sportif le plus difficile à approcher, Russell, flamboyant sur les parquets par son style de jeu et en dehors par ses outrances vestimentaires, est-il en train de devenir un problème pour la NBA?

Steve Kerr, l'entraîneur de Golden State, s'est inquiété avant même le match N.5 perdu mardi, de son comportement durant les conférences de presse.

"Je pense que c'est dangereux pour notre championnat", a-t-il expliqué au site The Athletic.

"Les spectateurs aiment le basket, la dynamique sociale, la mode, mais ce qu'ils aiment par dessus-tout, c'est la connexion avec les joueurs et les joueurs doivent en être conscients", a prévenu le coach des Warriors.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.