EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Européennes 2019 : Manfred Weber veut une Europe chrétienne-démocrate

Européennes 2019 : Manfred Weber veut une Europe chrétienne-démocrate
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La droite allemande est en ordre de bataille avant les européennes. Manfred Weber, un conservateur bavarois qui pourrait succéder à Jean-Claude Juncker à la tête de Commission, défend un continent aux valeurs chrétiennes.

PUBLICITÉ

Le chef de file des conservateurs européens et favori pour la présidence de la Commission européenne, Manfred Weber, a déclaré samedi vouloir une UE qui repose sur ses valeurs chrétiennes et qui laisse en dehors la Turquie.

"Nous sommes fiers que ce Continent ait une influence chrétienne" et "ce n'est pas seulement quelque chose pour le musée, cela doit nous orienter pour l'avenir", a lancé M. Weber dans la ville allemande de Münster, au cours du meeting d'ouverture de la campagne des européennes des partis de centre droit au pouvoir en Allemagne, la CDU d'Angela Merkel et la CSU bavaroise, dont il est membre.

Ces valeurs chrétiennes doivent aussi conduire selon lui les Européens à être "francs" dans leurs discussions avec Ankara, "c'est pourquoi je crois que la Turquie ne peut pas être membre de l'UE", a-t-il martelé, vivement applaudi par ses partisans.

"Nous voulons un partenariat, une amitié, mais nous devrions mettre fin aux négociations d'adhésion avec la Turquie", a encore déclaré celui qui doit partir à la chasse aux voix sur les terres en Europe des partis nationalistes, dont les sondages promettent une percée au moment de l'élection du Parlement européen le 26 mai.

Le projet européen doit être "défendu contre les nationalistes et les égoïstes", a-t-il dit, voyant l'Europe confrontée à un "tournant historique" dans la défense du "mode de vie" européen.

Racontant avoir été "atteint dans son identité" en voyant "les tours de Notre-Dame brûler" à Paris le 15 avril dernier, il a estimé que cette cathédrale française représentait "un symbole" signifiant "pour nous, européens, de nous fonder sur des valeurs et des modes de pensée partagées."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La présidentielle française s'invite dans l'hémicycle européen à Strasbourg

Le sommet européen suspendu jusqu'à ce mardi

"Notre système économique traite les gens et la planète comme s'ils étaient jetables"- Naomi Klein