Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Sur la route des européennes : zoom sur l'économie roumaine

Sur la route des européennes : zoom sur l'économie roumaine
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Avant les élections européennes de mai, Euronews entreprend un périple à travers 14 pays de l’UE et donne la parole aux habitants sur les problèmes qui les intéressent.

Notre équipe fait étape à Rasnov, en plein cœur de la Transylvanie.

Ce foyer de 15 000 habitants abrite de nombreuses entreprises, qui tentent de faire bouger les choses, comme l'entreprise textile de Diana Oresan. Elle est propriétaire de la compagnie de vêtements Joa avec son mari.

Chaque jours, ses employés confectionnent des vêtements, mais ses effectifs ont beaucoup diminué ces dernières années.

En cause, le manque de main d'oeuvre qualifiée et motivée.

"C'est très difficile car ils ne sont pas spécialisés. Vous les embauchez et les formez puis ils s'en vont ailleurs parce qu'ils pensent qu'ils seront mieux payés à l'étranger" nous confie la jeune femme.

Une partie de la production de la société a été transférée à Bucarest, et les patrons n'écartent pas la possibilité d'en envoyer une autre en Bulgarie.

Si l'Union Européenne prévoit bien quelques aides, ce n'est pas toujours simple d'en bénéficier.

"Je pense que l'union européenne fait beaucoup de choses pour nous aider, mais nos dirigeants ne veulent pas prendre cet argent. Et quand ils l' acceptent, ils nous compliquent la tâche, c'est difficile pour nous d'en tirer profit."

Mais cette société a soif de croissance. Elle mise sur son expansion numérique pour développer son chiffre d'affaire annuel de 300 000 euros. Et si cela ne fonctionne pas en Roumanie, Diana et son mari pourraient prendre un nouveau départ :

"Même mon conjoint, qui est très attaché à la Roumanie et n'a jamais voulu partir m'a dit qu'il fallait peut-être arrêter d'espérer. Peut-être que nous pouvons trouver un autre endroit."

La ville voisine de Brachof est l'une des plus grande ville de Roumanie et contribue largement à l'économique du pays.

Mais il n'est pas évident de gagner sa vie correctement pour autant. Beaucoup de gens quittent le pays pour avoir un meilleur niveau de vie. Les salaires ne suivent pas les dépenses quotidiennes selon cet habitant :

"Le seul avantage ici, ce sont les loyers qui sont vraiment bon marché. Mais la nourriture ou les loisirs sont très chers et on ne gagne pas assez pour faire la fête comme dans les autres pays."

L'économie roumaine s'est développée depuis son adhésion à l'Union Européenne. Mais augmenter le nombre de ses travailleurs, et les conserver, est l'un des plus gros défi du pays.

Un rapport de la Banque mondiale publié en 2018 indiquait que la Roumanie avait enregistré la plus forte augmentation de l'émigration parmi les pays de l'UE depuis 1990, avec un pourcentage élevé d'émigrants âgés de plus de 2,65 millions d'habitants, soit environ 20,6% de la population active roumaine.