Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Robert Biedroń, l'homme qui veut changer la Pologne

Robert Biedroń, l'homme qui veut changer la Pologne
Tous droits réservés
facebook.com/MiastoSlupsk
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Notre "road trip" se poursuit en Pologne, l'un des pays les plus catholiques de l'Union européenne, traditionnellement conservateur, et très ancré à droite aujourd'hui sur l'échiquier politique, depuis l'arrivée au pouvoir du parti "Droit et justice".

Robert Biedroń : un air de "printemps"

Un pays que Robert Biedroń aimerait voir changer profondément. Âgé de 42 ans, cet ex-maire d'une petite ville, ouvertement homosexuel, est candidat aux élections européennes, sous la bannière d'un nouveau parti baptisé "Wionsa", en français "le Printemps".

Pour ses partisans, Robert Biedroń est en mesure de stopper la progression des populistes de droite en Pologne :

“Je crois que c’est un dirigeant dans l'âme. Il n’a pas peur des discours qui fâchent, il ose parler de sujets délicats, comme par exemple les problèmes de l’église. Je pense qu’il est capable de transformer la Pologne, pour en faire un pays meilleur. Il n'y a pas de droits pour tous dans ce pays. Le pouvoir accorde uniquement des droits à ceux qu'il considère. Par exemple, les droits des femmes, les droits des personnes LGBT... Leurs droits n’existent quasiment pas dans ce pays", souligne une militante de Wionsa_.
_

"Je trouve les membres de ce parti fantastique. Ils savent parler aux gens, ils prennent le temps de discuter. Ils sont toujours sur le terrain. Nous n'avons jamais vu les membres du parti "Droit et justice" aller de maison en maison et rencontrer les gens", dit une autre militante.

Durant ses quatre années à la tête de la Mairie de Slupsk, une ville de Poméranie, Robert Biedroń s'est forgé une réputation de politicien à l'écoute. Il fait alors installer un canapé rouge dans la rue pour des tête-à-tête avec les habitants.

Wionsa : une "réponse aux mouvements populistes"

Nous montons à bord du bus de campagne de Wionsa pour en savoir plus sur ce parti politique.

Vincent McAviney, euronews : "Pourquoi avoir appelé votre parti le "Printemps". Et pourquoi se lancer dans des élections européennes et non nationales ?

Krzysztof Śmiszek, membre du parti Wionsa : "Eh bien, la Pologne, tout comme l’Europe, a besoin d’air pur, d’énergie fraîche, et c'est ce qu'apporte "le printemps", notre formation politique. L'Europe est attaquée par les populistes, en Pologne, mais aussi en Hongrie, en Italie, en Roumanie, en Grèce. Notre parti est donc une réponse aux mouvements populistes. Nous avons besoin de plus d'Europe, nous avons besoin d'une Europe unie, nous avons besoin d'une Europe qui se soucie de tous. Et c'est ce que nous défendons dans notre programme."

Robert Biedroń, leader du parti Wionsa : "Vous diffusez des informations européennes, alors que nous, nous apportons le printemps européen. C'est aussi simple que cela. Nous apportons la fraîcheur, l'optimisme, l'avenir, un courant progressiste pour l'Europe et la Pologne. C’est le temps du changement, également pour la Pologne. Avant de créer notre parti, tous les sondages d’opinion indiquaient que les populistes de droite allaient gouverner dans les années à venir. Et aujourd’hui, il y a l'espoir de mettre fin à cette tendance."

Robert Biedron : _"Voulons nous l'Europe ou la Russie ?"

_

Vincent McAviney, euronews : Vous avez été maire d’une petite ville. Vous êtes maintenant à la tête d'un nouveau parti, vous êtes ouvertement homosexuel, à l'instar d'un autre maire aux États-Unis, Pete Buttigieg, qui brigue désormais la présidence. Serez-vous candidat à la présidence de la Pologne l'année prochaine ?

Robert Biedroń, leader du parti Wionsa : "Nous verrons. Pour l'instant, je suis candidat au Parlement européen en tant que leader d'un parti progressiste. Ensuite nous serons en lice pour les législatives polonaises, et on verra bien ce qui en sortira. Mais sachez le : nous sommes inarrêtables. C'est le temps du changement. Nous saisissons cette opportunité ou nous la laissons filer. Voulons nous l’Europe ou voulons nous mettre le cap à l'Est pour nous rapprocher de la Russie, de la Biélorussie ? C'est un moment charnière pour notre pays."

Pour nombre d'experts, les chances de Robert Biedron de percer dans ce pays très conservateur sont minces. Beaucoup le voient davantage comme un candidat médiatique. Mais pour le professeur polonais Zbigniew Nęcki, il a toutes les cartes en main pour devenir un leader politique :

"À mon avis, Robert Biedron peut effectuer de nombreux mandats. C'est un homme de qualité, ses opinions sont positives pour la communauté, pour nous tous. Si un homme parle avec sagesse, qu'il agit avec discernement et montre les bons côtés de notre coexistence sociale, je pense que cela sera apprécié. Pas seulement aujourd'hui et demain, mais aussi après-demain, dans un mois ou même dans plusieurs élections."

Les élections européennes approchent. Robert Biedron et son nouveau parti sont désormais prêts à affronter leur premier test électoral.