Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sur la route des européennes : la crise du logement à Berlin

Sur la route des européennes : la crise du logement à Berlin
Taille du texte Aa Aa

Pour ce road-trip en Europe, direction à Berlin. Alors que les nouvelles constructions changent le paysage de la ville, Berlin est comme d'autre villes d'Europe, frappé par la crise du logement. Une crise qui s'est tellement aggravée que les politiques envisagent une approche radicale - introduire un plafond de loyer qui serait gelé pendant 5 ans et limiter le nombre d'achats immobiliers propriétaires.

Nous avons gonflé notre canapé rouge à Alexanderplatz dans le centre-ville pour donner la parole aux Berlinois.

"_C'est très difficile de trouver une chambre. C'est extrêmement cher. Si vous trouvez un appartement ou une maison, il y a des centaines d'autres personnes qui veulent aussi y vivre. Je suis condamnée à ne pas changer de logement", explique une jeune fille.
_

"Oui les appartements sont devenus beaucoup trop chers, surtout quand ils sont rénovés. Notre appartement était vraiment pas cher pour 4 pièces mais il a été rénové il y a quelques années et maintenant il coûte 200 euros de plus par mois", ajoute une autre.

"J'ai cherché un appartement pendant trois ans à Berlin, trois ans ! Et je n'ai pas trouvé. J'ai deux emplois à mi-temps et je ne peux pas trouver d'appartement que je peux payer seule. Je dois vivre en collocation pour pouvoir payer mon loyer et ne pas vivre dans la rue. Ce n'est pas normal", conclue une femme.

"Les gens ne peuvent plus payer"

Vincent Mac Aviney: Jessica nous sommes devant l'east-side gallery, le vestige le plus célèbre de l'ancien mur de Berlin mais des évènements récents perturbent les habitants?

Jessica Saltz, correspondante d'Euronews : "Oui, des morceaux du mur ont été détruits pour bâtir des appartement de luxe, sur ce que l'on appelle le couloir de la mort parce que beaucoup de gens sont morts en essayant de s'échapper à travers cette partie du mur. Mais à la fin de l'année dernière, les autorités de Berlin ont décider d'arrêter ce projet. Cette zone est désormais officiellement un mémorial. Aucune autre partie du mur ne sera détruite".

VM : C'est pour ca qu'ils ont abattu le mur, pour construire de nouveaux logements de luxe, de nouvelles co-propriétés, qui sont annoncées tout autour de cette zone. Comment cela se passe-t-il avec les habitants , quels sont les problèmes ?

JS : Ça se passe vraiment mal et c'est vécu comme un problème dans toute la ville. Berlin a beaucoup changé après la réunification mais cela s'est accéléré ces dernières années. Berlin est une ville attractive. Les gens du monde entier qui veulent vivre ici et y travailler, et les investisseurs ont suivi. Mais les gens qui vivent ici depuis des années ont l'impression que leur salaire n'augmente pas au même rythme que le coût de la vie en ville et qu'on leur fait payer des loyers qu'ils ne peuvent plus se permettre de payer.

Les promoteurs achètent aussi des bâtiments existants et obligent les résidents à quitter les lieux pour les rénover. Une situation que Kathrin et ses voisins de Friedrichshain essayent d'arrêter. Ils se sont regroupés et prévoient des actions communes. Ils se sont aussi mis en relation avec d'autres haibtants confrontés à la même menace. Cette situation ne touche pas que Berlin, elle se répète ailleurs en Europe.

Vincent McAviney, Euronews, Berlin