Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sur la route des Européennes : à Münster, les réfugiés suivent les élections de près

Sur la route des Européennes : à Münster, les réfugiés suivent les élections de près
Taille du texte Aa Aa

Nos journalistes Jona Kallgren et Méabh Mc Mahon sont arrivés à Münster, en Allemagne. Là-bas, ils se sont intéressés au système allemand de répartition des migrants, que l'Allemagne souhaite mettre en place dans toute l'Union Européenne. Avec ce système, les migrants sont répartis dans tout le pays, et beaucoup d'entre eux se trouvent à Münster.

Nos reporters ont rencontré les membres d'une association, dont le but est de rapprocher les réfugiés et les populations locales grâce à la diffusion de films.

Salah Alkhalaf est un réfugié syrien. Il fait partie de l'association depuis plusieurs années : " Aujourd'hui, nous allons projeter un film dans ce petit cinéma, raconte-t-il. C'est quelque chose que nous avons mis en place il y a trois ans. Le but de ce projet, c'est que les Allemands et les réfugiés syriens se rencontrent et qu'ils apprennent à se connaître."

"Nous suivons cette campagne depuis le début"

L'immigration a été un thème important de la campagne électorale pour les Européennes en Allemagne. Certains partis, comme l'AFD (extrême droite) se sont même déclarés hostiles aux réfugiés et aux migrants.

"Nous avons suivi cette campagne électorale dès le début, explique Salah Alkhalaf. Le résultat de cette élection sera__ très intéressant pour nous car finalement, beaucoup de choses nous concerne. Celui qui gagnera cette élection aura un impact important pour tous les réfugiés ici en Allemagne."

Nora Meyer est la fondatrice de l'association : "Je n'ai jamais compris le terme de "crise des réfugiés", affirme-t-elle. Pour nous, il y a simplement des gens qui sont venus en Allemagne car ils avaient besoin d'aide. Et pour ce projet, nous avons arrêté d'utiliser le mot "réfugié" depuis un an déjà. Car nous pensons que nous sommes tous des habitants de Münster, que l'on soit migrant ou non. Et nous travaillons tous ensemble sur les différents projets."