Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Contre le fascisme en Europe, mobilisation à Bruxelles

Contre le fascisme en Europe, mobilisation à Bruxelles
Taille du texte Aa Aa

Des battements de tambours, juste en face du parlement européen pour dire non au fascisme en Belgique et en Europe. 5 000 personnes environ ont manifesté. Une réaction à la poussée populiste et extrémiste observée lors des élections européennes et plus particulièrement du parti flamand d'extrême droite Vlaams Belang...

"Nous voulons nous mobiliser contre l'extrême droite, que ce soit au parlement, au gouvernement, dans la rue, dans les lieux de travail, dans les lieux d'étude... L'extrême droite où qu'elle soit, quand elle a un rôle public, nous seront là pour lui tenir tête" a expliqué Sixtine Van Outryve, de la Coalition Debout contre le fascisme.

L'appel à manifester a été lancé sur les réseaux sociaux quelques heures après les résultats des européennes qui a donc vu le Rassemblement national de Marine Le Pen et la Ligue de Matteo Salvini arrivés en tête en France et en Italie. L'arrivée en seconde position en Flandre du Vlaams Belang dirigé par cet homme Tom Van Grieken juste derrière les nationalistes flamands a particulièrement choqué les organisations belges antifascistes :

"Le résultat de ces élections, c'est la conséquence directe de décennies de politiques du gouvernement, de politiques néolibérales, de politiques sexistes, de politiques racistes et de discours racistes dans la société" a expliqué Sixtine Van Outryve, de la Coalition Debout contre le fascisme.

Parmi les manifestants, des Belges bien sûr, Wallons et flamands, mais aussi d'autres nationalités, tous unis contre l'extrême droite, et des députés européens comme Marie Arena, eurodéputée sociale-démocrate belge :

"Je pense que le plus important est d'avoir une coalition de partis démocratiques au parlement et de s'assurer qu'aucun parti démocratique ne traite avec ces populistes et ces nationalistes. C'est donc la première chose à faire. Si nous parvenons à le faire au Parlement européen, ils n'auront aucune influence sur notre politique."

Les manifestants ont ensuite marché en direction du siège de la commission européenne, encadré par d'importantes forces de sécurité. Une marche pacifique, aucun incident n'a été déploré.

Reste qu'au niveau national, la Belgique est sortie fracturée de ce triple vote de dimanche, régional, fédéral et européen et elle va devoir composer pour se trouver un nouveau gouvernement. Ce qui n'est pas gagné...