Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

À Football for Friendship, c'est l'amitié qui gagne

À Football for Friendship, c'est l'amitié qui gagne
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Quelles valeurs transmettre aux jeunes footballeurs ? Le programme Football for Friendship apporte sa réponse en faisant la promotion de l'amitié et de la justice auprès des enfants. Mission accomplie cette année encore lors de son édition à Madrid où les participants ont tenté de battre un record.

Pour l'amour du foot, ces enfants originaires du monde entier ont participé à Madrid, à l'édition 2019 de Football for Friendship, un programme organisé par Gazprom. Ils jouaient sous les couleurs d'équipes internationales.

"L'un des principes du programme, c'est son multiculturalisme," souligne notre journaliste Paula Vilaplana. "Et cette année, les jeunes compétiteurs avaient pour ambition d'entrer au livre Guinness des records en réunissant le plus grand nombre de nationalités différentes lors d'un même entraînement," poursuit-elle.

Et le pari a été gagné : des joueurs originaires de 57 pays étaient présents sur le terrain.

"Ce record est unique parce qu'il montre qu'on peut tous y arriver," s'enthousiasme Anna Louise Orford, arbitre de Guinness World Records. "Peu importe que l'on soit grand, jeune, une fille ou un garçon, tout le monde peut participer," ajoute-t-elle. "Cela n'a pas d'importance que les relations entre les pays d'origine ne soient pas au beau fixe, on peut quand même participer et jouer au foot," fait-elle remarquer.

Samedi dernier, l'événement a investi le centre de Madrid pour la grande finale. Après un match intense, il a fallu une séance de tirs au but pour départager les deux équipes.

Roberto Carlos en guest star

Ancien joueur du Real Madrid, Roberto Carlos a remis le trophée de ce tournoi auquel il aurait aimé participer plus jeune.

"J'aurais appris encore plus et j'aurais joué avec les meilleurs et avec la sélection brésilienne un peu plus tôt," assure-t-il.

"Aujourd'hui, les enfants ont accès à des choses nouvelles : il faut qu'ils en profitent au maximum," préconise la légende du foot brésilien.

À l'issue de la finale, les vainqueurs ont consolé leurs adversaires comme un symbole du programme et de son objectif de fraternité.