EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

L'Allemagne au chevet de l'accord sur le nucléaire iranien

L'Allemagne au chevet de l'accord sur le nucléaire iranien
Tous droits réservés 
Par Guillaume Petit
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La tentative des Européens de sauver l'accord sur le nucléaire iranien, après la sortie unilatérale des Etats-Unis... Le chef de la diplomatie allemande est à Téhéran ce lundi pour rencontrer son homologue et le président iranien Hassan Rohani.

PUBLICITÉ

Le chef de la diplomatie allemande à la rescousse de l'accord sur le nucléaire iranien. le ministre des affaires étrangères allemand Heiko Maas a atterri à Téhéran ce lundi pour rencontrer au nom des Européens son homologue Mohammad Javad Zarif et le président iranien Hassan Rohani

Objectif : tenter d'apaiser les relations entre l'Iran et les Etats Unis, plus que tendues après la sortie unilatérale de Washington en 2018 de l'accord signé trois ans plus tôt par l'Iran et six grandes puissances pour contrôler son arsenal nucléaire en échange d'une levée partielle et progressive des sanctions qui asphyxiaient son économie.

"Les Européens ont toujours affiché le même point de vue : nous voulons maintenir l'accord", a déclaré Heiko Maas. "Nous avons avons également réagi au fait que les Etats-Unis n'ont pas seulement déserté l'accord, mais aussi réintroduit leur arsenal de sanctions".

Ultimatum

Des sanctions visant à faire pression sur l'Iran. Ce à quoi Téhéran a répondu le mois dernier par des menaces de reprendre son programme nucléaire, ce qui reviendrait à rompre ses engagements pris en 2015.

Les Iraniens se sont directement tournés vers les trois signataires européens de l'accord (France, Allemagne et Grande-Bretagne) en leur posant un ultimatum : 60 jours pour "respecter leurs engagements" sur le plan des sanctions et trouver une solution qui protégerait le pays des sanctions américaines. Le compteur tourne. Il leur reste aujourd'hui moins d'un mois.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Russie suspend le traité sur les forces nucléaires intermédiaires

L'Iran exhorte l'Europe à trouver une solution face aux sanctions américaines

Iran : Ebrahim Raïssi, portrait d'un dirigeant ultra-conservateur