Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Iran exhorte l'Europe à trouver une solution face aux sanctions américaines

L'Iran exhorte l'Europe à trouver une solution face aux sanctions américaines
Taille du texte Aa Aa

L'Iran a mis en garde lundi la communauté internationale sur les possibles conséquences de la "guerre économique" des Etats-Unis à son encontre, en recevant le ministre des Affaires étrangères allemand Heiko Maas à Téhéran.

"On ne peut pas s'attendre à ce qu'une guerre économique contre le peuple iranien continue et que ceux qui soutiennent cette guerre ou l'ont déclenchée restent en sécurité", a déclaré le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif.

"Les nouvelles tensions dans la région sont le résultat de la guerre économique contre l'Iran", a déclaré M. Zarif en faisant référence à la campagne de "pression maximale" des Etats-Unis contre l'Iran, notamment via l'arme des sanctions économiques que Washington a réimposées ou intensifiées depuis 2018.

"Le seul moyen de faire baisser les tensions [...] est de mettre un terme à cette guerre économique", a ajouté le ministre iranien lors d'un point de presse avec M. Maas, à l'issue d'un entretien à huis clos d'environ une heure.

"L'Allemagne et l'Union européenne peuvent jouer un rôle important pour faire baisser ces tensions, et nous les soutenons dans ce rôle", a encore dit M. Zarif.

"Il y a (déjà) la guerre en Syrie et au Yémen", a de son côté affirmé M. Maas. "Nous voulons empêcher à tout prix" que les choses dégénèrent ici, a-t-il ajouté.

Rencontre tendue

La région du Golfe traverse depuis près d'un mois une période jugée à hauts risques sur fond de tensions accrues entre l'Iran d'un côté et les Etats-Unis et leurs alliés de la péninsule Arabique de l'autre.

Ces tensions sont liées à la grande défiance qui règne entre Washington et Téhéran depuis que le président américain Donald Trump a décidé unilatéralement, en mai 2018, de sortir son pays de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015.

Elles ont été exacerbées par l'annonce de l'envoi de renforts militaires américains importants au Moyen-Orient, officiellement pour faire face à une présumée "menace iranienne", et par le mystérieux sabotage de quatre navires (deux bateaux saoudiens, un norvégien et un émirati) à l'entrée du Golfe le 12 mai.

Washington et Ryad ont accusé l'Iran d'être derrière ces attaques, ce que Téhéran a farouchement nié, et une enquête multinationale a conclu à la responsabilité probable d'un "acteur étatique" sans incriminer Téhéran.

Lundi, MM. Zarif et Maas sont sortis de leur entretien visiblement crispés.

"Nous avons eu une discussion sérieuse, franche et plutôt longue", a déclaré M. Zarif à la presse. Les deux hommes ont indiqué avoir discuté de l'avenir de l'accord de Vienne et de la situation régionale.

M. Maas était arrivé dans la nuit à Téhéran, dernière étape d'une tournée régionale de quatre jours l'ayant déjà mené en Irak, en Jordanie et aux Emirats arabes unis.

Avant sa rencontre avec M. Zarif, il avait exhorté la République islamique à respecter l'accord de Vienne et à "maintenir le dialogue avec l'Europe" alors que Téhéran multiplie les récriminations à l'encontre des pays de l'Union européenne.

"Pas de miracles"

Depuis le retrait américain, l'Allemagne est, avec la France, le Royaume-Uni, la Russie et la Chine, l'un des Etats encore parties à l'accord de Vienne.

Aux termes de ce texte, l'Iran a accepté de limiter drastiquement son programme nucléaire, afin de garantir qu'il ne cherche pas à se doter de l'arme atomique, en échange de la levée d'une partie des sanctions économiques internationales asphyxiant son économie.

Mais, face aux conséquences du retrait américain, l'Iran a menacé en mai de s'affranchir progressivement de ce pacte à moins que ses partenaires, en particulier européens, ne l'aident à contourner ces sanctions.

Les sanctions américaines rendent pratiquement impossible la moindre transaction internationale avec une banque iranienne et de récentes mesures prises par Washington visent à empêcher totalement l'Iran d'exporter son pétrole, première source de recettes pour l'Etat.

Alors que les grandes entreprises européennes sont dissuadées de la moindre relation commerciale avec l'Iran du fait du caractère extraterritorial des sanctions américaines, l'UE est apparue jusqu'à présent désarmée pour permettre à l'Iran de bénéficier des retombées économiques que le pays escomptait de l'accord de Vienne.

Contourner les sanctions américaines

M. Maas lui-même n'a pas apporté de solution concrète permettant de répondre aux exigences iraniennes. "Nous ne ferons pas de miracles", a-t-il dit, "mais nous faisons tout ce que nous pouvons pour éviter [que l'accord de Vienne ne se transforme en] échec".

Dans ce sens, le mécanisme Instex, a été mis en place conjointement par le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne afin d'éviter l'utilisation du dollar et permettre ainsi aux européens de contourner les sanctions américaines et commercer avec l'Iran. Le dispositif n'a pas encore porté ses fruits. L'Iran a demandé aux européens de trouver une solution viable pour protéger la République islamique de la guerre commerciale livrée par Washington. L'ultimatum de Téhéran arrive à son terme dans moins d'un mois. Au delà, l'Iran menace de ne plus respecter ses engagements.

A Vienne, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) chargée de certifier que Téhéran respecte ses engagements pris en matière de réduction de son programme nucléaire a dit être "inquiète de l'augmentation des tensions" autour de cette question.