Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

NBA: à Toronto, la douche froide pour les fans des Raptors

NBA: à Toronto, la douche froide pour les fans des Raptors
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des dizaines de milliers de supporteurs des Raptors avaient envahi le centre de Toronto lundi pour suivre le match qui devait propulser leur équipe de basket dans l’histoire de la NBA. Leur équipe a perdu la 5e manche, ils se disent “déçus” mais “pas inquiets” pour la suite.

Vers 23h30, à l’issue d’un dernier quart haletant, les Raptors s’inclinent finalement d’un petit point face aux Warriors de Golden State, 105 à 106. L’Histoire attendra, la série continue, un sixième voire un septième match seront nécessaires pour départager les deux équipes. Le prochain aura lieu jeudi, sur les terres californiennes des Warriors à Oakland.

“Je suis déçu”, reconnaît Dany Ahmed, 23 ans, maillot noir et or des Raptors. “On perd pour un point ! On aurait dû gagner ce match, je suis sans voix”, explique-t-il à l’AFP.

Mais il reste optimiste: “Tout va bien, on va gagner le prochain match. On n’est pas inquiets”.

Saruka Thava, 20 ans, a eu la chance de décrocher un billet dans la Scotiabank Arena, au milieu d’une foule déchaînée.

“L’ambiance était surexcitée, on sent qu’on appartient à un groupe”, a-t-elle raconté. “J’ai connu beaucoup de crève-coeur avec les Raptors mais celui-là fait très mal. On est passés si près”.

Jusqu’au bout pourtant, ils y auront cru. Aux quatre coins du pays, à Toronto mais également dans les dizaines de “fan zones” installées d’Halifax (est) à Regina (ouest), les partisans des Raptors ont vibré tout au long d’un match indécis jusqu’aux dernières secondes.

- “Pour la prochaine fois!” –

A Toronto, des milliers de supporteurs qui n’avaient pas la chance de suivre le match dans la Scotiabank Arena, s‘étaient rassemblés dans l’immense “fan zone” autour de la grande salle du centre-ville. Rebaptisé “Jurassic Park”, cet espace est devenu l‘épicentre de l’enthousiasme généré par les exploits de l’unique équipe canadienne de NBA. De mini Jurassic Parks ont également fleuri dans les villes alentour.

Signe qu’une véritable “raptors-mania” a gagné tout le pays, une “fan-zone” a accueilli plusieurs milliers de personnes à Montréal, la grande rivale francophone de Toronto, plus habituée à soutenir son équipe de hockey sur glace.

A Jurassic Park, certains ont campé tout le week-end pour être aux premières loges lundi soir.

“L’ambiance était incroyable”, témoigne Mark MacCann, un Américain de 34 ans qui arbore une casquette rouge… des Raptors. “On aura deux autres occasions (de remporter la NBA) et l’une des deux sera à domicile. C’est difficile de battre une équipe trois fois de suite et c’est sans doute pour cela qu’on a perdu ce soir”.

Peu avant minuit, la foule des supporteurs torontois s’est dispersée dans le calme, déçue mais confiante.

“Ils se sont bien battus”, analyse Nicholas Luy, 22 ans. “Ils ont bien joué jusqu‘à la fin. J’y ai vraiment cru, j’ai cru que c‘était notre match, mais finalement ça n’a pas marché. Ce sera pour la prochaine fois !”

Rendez-vous jeudi à Oakland, en Californie, pour la 6e manche de cette finale inédite. Avec retransmission en direct sur les écrans géants de Jurassic Park, qui devrait une fois de plus afficher complet.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.