Deux tankers attaqués en mer d'Oman

Deux tankers attaqués en mer d'Oman
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Deux tankers, norvégien et japonais, ont été la cible jeudi d'une attaque d'origine indéterminée en mer d'Oman, en plein Golfe, une région déjà sous tension du fait de la crise entre les Etats-Unis et l'Iran.

PUBLICITÉ

Un mois après des attaques contre quatre navires au large des Emirats Arabes Unis, deux tankers norvégien et japonais ont été la cible jeudi d'une attaque d'origine indéterminée en mer d'Oman. Le pétrolier Front Altair, un tanker propriété du groupe norvégien Frontline, en feu, et le Kokuka courageous, un méthanier, ciblé par plusieurs tirs.

"Selon le rapport initial, notre pétrolier naviguant du détroit d'Ormuz vers l'Asie a été attaqué par un obus. Après cela, il semble qu'un autre bateau ait été attaqué par un obus, alors notre navire a essayé de manœuvrer, mais trois heures plus tard, il a été attaqué de nouveau. C'est devenu trop dangereux de rester sur le pétrolier, alors nos membres d'équipage l'ont abandonné en utilisant un canot de sauvetage," le président du Kokuka Courageous. 

Les deux navires ont été attaqués en plein Golfe, à une heure d'intervalle, dans une région déjà sous tension du fait de la crise entre les Etats-Unis et l'Iran.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe effectue actuellement une visite historique en Iran, pour tenter d'atténuer la tension entre Téhéran et Washington. la République islamique a jugé h suspecte la survenue de ces "attaque.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a réagi sur Twitter appelant au dialogue régional, alors que le guide suprême iranien, a rejeté tout dialogue avec le président américain Donald Trump.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Greta Thunberg de nouveau arrêtée lors d'une manifestation pour le climat

Des unités russes pro-ukrainiennes affirment mener des attaques à Koursk et à Belgorod

No Comment : ultimes pressions des activistes du climat à Dubaï