Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un anniversaire au poil pour la coqueluche du Jardin des plantes de Paris

Un anniversaire au poil pour la coqueluche du Jardin des plantes de Paris
Taille du texte Aa Aa

C'est un anniversaire un peu spécial ! Nénette, l'orang-outan du jardin des plantes de Paris, fêtera ses 50 ans ce dimanche. Arrivée dans la capitale au début des années 1970, à l'âge de trois ans, la jeune primate n'a pas tardé à devenir la coqueluche de la ménagerie. Selon Aude Bourgeois, vétérinaire au parc zoologique :

Nénette est spéciale parce qu'elle est au zoo depuis 1972, alors il y a des gens qui sont venus ici avec leurs parents quand ils étaient enfants et maintenant ils viennent visiter le zoo avec leurs enfants, et Nénette est toujours là. Et c'est absolument fascinant, et c'est pourquoi elle est spéciale, et elle est une star, notre star.

Mais le caractère exceptionnel de Nénette ne s'arrête pas là. En plus d'être une véritable mascotte et star du jardin, elle s'improvise, aussi, artiste-peintre. Une activité que l'orang-outan a développée d'elle-même grâce à des toiles et de la peinture pour enfants données par ses soignants. Elle s'adonne donc à ce passe-temps chaque semaine depuis plusieurs années. Pour le directeur de la ménagerie, Michel Saint Jalme :

Nénette a sa propre personnalité. Tout le monde l'identifie à la ménagerie, les visiteurs comme les soignants. Nénette a aussi un certain nombre de caractéristiques comme celle (...) qui est la plus emblématique de l'intelligence de ces grands singes, c'est que Nénette peint, elle adore peindre !

La durée de vie des orang-outans de Bornéo est de 35 à 45 ans à l'état sauvage. Ainsi, Nénette dépasse cette espérance de vie. Malheureusement, l'espèce est en voie d'extinction, selon l'Union internationale pour la conservation de la Nature, il n'y aurait plus que 100 000 primates de ce type.