Nucléaire iranien : l'accord enterré ?

Nucléaire iranien : l'accord enterré ?
Taille du texte Aa Aa

Le dossier iranien préoccupe les ministres européens des Affaires étrangères qui étaient réunis à Luxembourg. Le régime de Téhéran a annoncé ce lundi qu'il dépassera dans dix jours la limite des stocks d'uranium fixée par l'accord nucléaire. Un accord qui semble plus que jamais menacé.

Mais la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, veut rester optimiste :

"L'Iran, à ce stade, continue de se conformer à ses engagements, et nous espérons fortement, nous exhortons le régime iranien à continuer à les respecter. Je ne voudrais pas du tout blâmer qui que ce soit. L'intérêt, pour nous tous, est de maintenir en l'état l'accord nucléaire."

L'Agence internationale de l'énergie atomique a certifié jeudi que l'Iran agissait en conformité avec ses engagements pris à Vienne en 2015.

Mais depuis le retrait américain il y a un an, le régime de Téhéran menaçait de ne plus respecter les termes de l’accord. Lundi, il a mis partiellement ses menaces à exécution :

"À partir du 27 juin, nous dépasserons la limite de 300 kg d'uranium enrichi. Non seulement, nous dépasserons cette limite, mais les niveaux de production augmenteront aussi considérablement", a déclaré Behrouz Kamalvdandi, le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique.

Cette annonce intervient après l'attaque contre deux pétroliers la semaine dernière en mer d'Oman. Les États-Unis disent avoir des preuves de la responsabilité de l'Iran, qui dément. Ce lundi, Washington a appelé à "ne pas céder au chantage nucléaire" de l'Iran.