DERNIERE MINUTE

CAN-2019: l'Egypte derrière les "Pharaons", sans euphorie

Un vendeur ambulant de café ou de thé, portrait de Mohamed Salah en main, dans les rues du Caire, le 17 juin 2019
Un vendeur ambulant de café ou de thé, portrait de Mohamed Salah en main, dans les rues du Caire, le 17 juin 2019 -
Tous droits réservés
Khaled DESOUKI
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Dans un grand marché populaire du Caire, un groupe de jeunes supporters achète des drapeaux de l’Egypte dans l’un des rares commerces de la ville qui s’est mis aux couleurs de la Coupe d’Afrique des Nations.

Lycéens ou étudiants en vacances, les jeunes garçons s’apprêtent à soutenir l‘équipe de Mohamed Salah lors de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui se déroule dans leurs pays à partir de vendredi. Mais pas seulement.

Ils misent sur l’enthousiasme des supporters pour revendre à la sauvette ces drapeaux devant les stades.

“Je le vois comme un job d‘été plus rentable et plus facile qu’aucun autre travail”, espère Hicham Moustafa, un lycéen de 16 ans, pendant que ses camarades regardent des trompettes ou essaient des perruques toutes aux couleurs de l’Egypte.

“Si on arrive à gagner suffisamment d’argent, on achètera des billets pour aller voir un bon match ou la finale”, assure le jeune homme qui regrette des prix “trop chers”: “Qui peut se payer ces billets à ce prix-là ?”, s’interroge-t-il.

- “Niveau pas élevé” /p>

Tarifs des places jugés trop élevés, confusion sur la diffusion télévisée des matches, difficulté à trouver le nouveau maillot de l‘équipe nationale… Hôtes de la CAN, les supporters égyptiens se disent confrontés à plusieurs obstacles dans leur soutien aux Pharaons. Surtout que le niveau de l‘équipe, à l’exception de Mohamed Salah, ne suscite pas de réelle admiration.

Le retour au pays du joueur vedette de Liverpool, auréolé cette année du titre de champion d’Europe avec les Reds, reste l’une des principales sources de réjouissance des supporters égyptiens.

Devant la boutique, Hicham Moustafa et ses camarades scandent le nom de Salah mais regrettent que l‘équipe ne soit pas “ce qu’il y a de mieux”.

“Bien sûr, je vais soutenir l’Egypte!”, assure Islam Ahmed, un jeune cadre du Caire, après avoir savouré la victoire des Pharaons en match amical face à la Tanzanie (1-0) la semaine dernière.

“Le niveau de l‘équipe n’est pas très élevé. Tout va reposer sur Mohamed Salah”, reconnaît toutefois ce supporter de 33 ans à la petite barbe taillée et en tenue de sport.

Ces dernières semaines, les exploits européens de “Mo” Salah suscitent plus d’excitation en Egypte que la CAN.

Si les chaînes de télévision et certaines marques sponsors de la compétition sont dans les starting-blocks, presque rien dans les rues de la capitale ne semble montrer que le pays reçoit la plus importante compétition sportive du continent africain.

Les matches amicaux de l‘équipe nationale ne provoquent pas d’affluence dans les cafés, les magasins spécialisés dans les articles de sports ne sont pas débordés…

“Affecté psychologiquement” –

“Il y a une mauvaise organisation, personne ne sait ce qui se passe”, se plaint Hassan Ismaïl, un jeune supporter du club cairote d’Al Ahly.

Certaines boutiques d’articles de sport du centre-ville proposent quelques maillots contrefaits, mais les vendeurs disent espérer en avoir davantage et attendre plus de clients au fur et à mesure de la compétition.

D’autres commerçants assurent n’avoir pas reçu l’autorisation de vendre les maillots de l‘équipe ou même des produits dérivés de la CAN.

Comme d’autres fans de football, Hassan Ismaïl place peu d’espoir dans la performance des Pharaons à l’exception de certains noms, notamment les joueurs qui évoluent à l‘étranger.

Pour Marwan Ahmed, du site spécialisé KingFut, la débâcle des Pharaons au Mondial 2018 en Russie – élimination au premier tour – a “affecté psychologiquement” les fans égyptiens.

“Avant la Russie, je suivais avec grand enthousiasme les matches de l‘équipe”, confie Marwan Ahmed. “C‘était la pire équipe du Mondial. L’enthousiasme et l’espoir des supporters ont été complètement été anéantis sur la durée”, observe l’expert.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.