Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

GB: un secrétaire d'Etat, accusé d'avoir agressé une militante de Greenpeace, suspendu

Le secrétaire d'Etat britannique aux Affaires étrangères chargé de l'Asie, Mark Field, à Londres le 10 juin 2019
Le secrétaire d'Etat britannique aux Affaires étrangères chargé de l'Asie, Mark Field, à Londres le 10 juin 2019 -
Tous droits réservés
Niklas HALLE'N
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le secrétaire d’Etat britannique aux Affaires étrangères chargé de l’Asie, Mark Field, a été suspendu de ses fonctions vendredi après la diffusion d’une vidéo le montrant saisir vigoureusement par la nuque une militante de Greenpeace lors d’une action de l’organisation écologique.

La Première ministre Theresa May “a visionné les images et les a trouvées très préoccupantes”, a déclaré son porte-parole.

Mark Field “sera suspendu de ses fonctions de secrétaire d’Etat pendant la durée de l’enquête”, a-t-il ajouté.

L’incident s’est produit jeudi soir pendant un dîner de gala à Londres réunissant le gratin de la finance, auquel participait le ministre conservateur des Finances Philip Hammond, et où des membres de Greenpeace avaient réussi à s’introduire.

Alors qu’une militante en robe de soirée, ceinturée d’une écharpe “Urgence climatique”, faisait le tour des tables, Mark Field, un député du Parti conservateur, s’est levé brusquement à son passage et l’a plaquée brutalement contre une colonne de pierre, avant de la saisir par la nuque et de la forcer à quitter les lieux, selon une vidéo de l’incident.

“Nous avons été choqués par les images d’un député et secrétaire d’Etat agressant l’un de nos manifestants pacifiques”, a réagi Greenpeace dans un communiqué.

Selon l’organisation, la militante “en question espérait discuter des changements climatiques et des réformes économiques dont nous avons besoin”.

Alors que l’incident figurait vendredi matin parmi les sujets les plus discutés sur les réseaux sociaux au Royaume-Uni, et que les images tournaient en boucle sur les chaînes d’information britanniques, Mark Field a présenté ses excuses “sans réserve”.

“Dans la confusion, beaucoup d’invités se sont sentis menacés, ce qui est compréhensible, et lorsqu’une manifestante s’est précipitée devant moi, j’ai réagi par instinct”, a-t-il affirmé sur la chaîne ITV.

“Il n’y avait pas de sécurité et j’ai eu peur, pendant une fraction de seconde, qu’elle soit armée”, a-t-il ajouté. “J’ai donc saisi fermement l’intruse pour la faire sortir de la pièce le plus vite possible”.

Les faits, en cours d’examen par la police, vont faire l’objet d’une enquête au sein du Parti conservateur, a assuré le président des tories, Brandon Lewis. “Il est difficile pour quiconque voyant (ces images) ne pas être stupéfait”.

“C’est vraiment choquant de voir ce genre de comportement de la part d’un député”, a réagi de son côté le maire de Londres Sadiq Khan, membre du Labour, principal parti d’opposition au Royaume-Uni.

“La violence faite aux femmes est endémique dans notre société et ce comportement est inacceptable”, a-t-il insisté, appelant le secrétaire d’Etat à envisager sa démission.

Mark Field a reçu en revanche le soutien du député conservateur Johnny Mercer, un ancien militaire. “Il a paniqué, il n’est pas formé” pour intervenir dans de telles circonstances, a-t-il tweeté.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.